Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 11:20

Nadine MORANO  a raison de ne pas se laisser impressionner par ce terrorisme médiatique qui sévit depuis un certain temps en France et qui devient véritablement insupportable. Aujourd’hui on est condamné sur une phrase anodine, reprise de place en place, clamée avec une sourde indignation et présentée dans tous les médias comme étant le comble de l’ignominie. Une fois que tout cela a bien fait son effet, on se passe son auteur de plateau en plateau de télés et de radios, afin de l’amener à expier publiquement l’impardonnable faute qu’il finira souvent par reconnaître en s’excusant, en bafouillant des regrets ou en tentant de faire admettre qu’il s’était mal exprimé…

 

Nadine MORANO  a raison de dire qu’elle maintient ses propos, car ce qu’elle dit est parfaitement juste. Toute la communauté maghrébine de France souffre de la mauvaise image que certains de ses membres, relayés par ces mêmes médias, donnent d’elle.

 

Ce n’est pas parce qu’un chef d’entreprise est raciste qu’il embauchera pour certaines activités un asiatique, un indien, un européen, plutôt qu’un magrébin, mais parce que cette communauté a au fil des ans, pour des raisons les plus diverses,  donné une image déplorable d’elle-même. Et ce n’est pas être raciste que de le constater et de le déplorer comme moi-même qui suis issu de cette région du monde pour laquelle je nourris une véritable passion. 

 

Tout parent qui envoie un enfant à un entretien d’embauche lui recommande de soigner son langage sa tenue, de montrer la meilleure image de lui-même ou en tout cas d’avoir celle qu’un employeur est en droit d’attendre et c’est comme cela en France mais aussi dans tous les pays du monde. Ce n’est pas rendre service aux jeunes gens issus de l’immigration que de leur laisser croire lorsqu’ils ne trouvent pas de travail que c’est à raison de leurs origines. C’est archi faux, un chef d’entreprise a pour seul objectif de faire gagner de l’argent à son entreprise, il choisira ses salariés en fonction de ce seul critère. Si par la présentation d’un demandeur d’emploi, son accoutrement, son comportement, un chef d’entreprise a un doute sur cette capacité, quels que soient ses diplômes, il ne l’embauchera pas. C’est le message que Nadine MORANO a voulu faire passer, elle a eu raison, respecter les gens c’est en premier lieu leur tenir un langage de vérité.

 

Nadine MORANO est  victime de sa sincérité. Il est toujours plus facile d’avoir un langage convenu, démagogique, flatteur que de dire ce qui est. Il est plus facile de dire à son enfant qui a de mauvaises notes que c’est de la faute de son professeur, que de lui dire que c’est  parce qu’il ne travaille pas. Il est beaucoup plus facile pour un journaliste en mal de notoriété de taper sur tout ce qui peut ressembler au pouvoir en exhibant comme un trophée une phrase sortie de plusieurs heures de débats que de chercher a avoir une réflexion sérieuse sur un sujet grave, qui touche à la paix sociale, peut être  parce qu’il n’en est pas capable mais peut être aussi et c’est là que cela devient regrettable, parce qu’il sait qu’il n’intéressera personne.

 

Aujourd’hui les petites phrases, les petits coups bas les petites rumeurs les petits ragots trouvent une très large place au sein de nombreux médias, on discrédite, on dévalorise, on injurie, parfois sous couvert d’humour, mais qu’on y prenne garde, ce type de manipulation a souvent des effets pervers. Chacun sait que l’on ne joue pas impunément avec les mœurs d’une société, il est temps que la presse en prenne conscience, mais j’ai un doute sur sa capacité à y parvenir.    

 

Homme de gauche depuis toujours, j’adresse toute mon estime à Nadine MORANO que je ne connais pas, sinon comme une authentique femme du peuple. 

Repost 0
8 novembre 2009 7 08 /11 /novembre /2009 07:25

 

 

Américain ordinaire

OBAMA qui fête son premier anniversaire à la Maison Blanche va acheminer des troupes supplémentaires en Afghanistan, retirer celles qui se trouvent encore en Irak, fermer Guantanamo, continuer d’envoyer autant que faire se peut sa Secrétaire d’Etat au moyen orient, poursuivre sa communication sur sa vie familiale, suivre la courbe des sondages... Un Président des Etats-Unis d’Amérique somme toute ordinaire, qui poursuit l’œuvre de ses prédécesseurs, qui chante l’hymne national la main sur le cœur rempli d’une réelle émotion devant la  bannière étoilée, en communion avec son peuple, américains sans réserve de culture ou de religion, sans condition économique préalable, sans double identité (formelle et réelle) sans double nationalité sans double appartenance, américains trop conscients de leur chance et du  privilège qu’ils ont d’être riches de leur patrie de leur pays et de leur sort.

 

France ordinaire

En France des enfants âgés de moins de 13 ans peuvent rester dans les rues toute la nuit sans que cela ne pose le moindre problème à leurs parents, à la police ou aux travailleurs sociaux, aux  juges des enfants chargés de veiller à leur éducation, à leur santé et à leur sécurité, aux parquets chargés de requérir à ces fins et à ceux qui ont d’autres chats à fouetter... Les mesures d’interdiction prises par les maires dans certaines communes ou celle préconisée par le ministre de l’intérieur, Brice HORTEFEUX, révèlent cette carence dans une société où l’on n’arrive plus à faire de distinction entre mineur en danger et liberté d’aller et de venir, intérêt de l’enfant et répression, responsabilité des parents et droits sociaux.

 

Peinture sur toile novembre 2009

Au premier plan, le Conseiller spécial harcèle un Premier ministre bougon de ses conseils acérés, tandis qu’un ancien Premier ministre qui ne fait pas le poids guerroie contre le Président, derrière eux RAMA YADE, faussement ingénue, joue sa petite musique sur un instrument qui semble être une mandoline, juste au-delà, le chef de la majorité à l’assemblée proclame le poing brandi son indépendance dans l’indifférence, dans un coin du tableau, on remarque un Haut commissaire qui rémunère des absentéistes pour qu’ils ne niquent pas la police, au loin, on aperçoit nettement des députés Villepinistes sur des chevaux légers qui combattent avec ferveur, sur la gauche, Jack, Michel, Julien et beaucoup d’autres qu’on ne reconnaît pas ont déposé leurs armes, devant eux, l’hybride et acariâtre Premier Président de la Cour des comptes, engoncé dans sa robe noire, l’air furieux, balance des exocets sur le palais de l’Elysée, heureusement sans l’atteindre, sur la droite l’ami Charles qui ne l’est pas moins, tire au lance patate tous azimuts pour faire diversion, alors que frère Jacques poursuivi par une juge échevelée, marche sereinement vers le Palais de l’Ile de la Cité, chaussé de charentaises, entouré par des avocats bardés de décorations…

 

Repost 0
Published by G.pancrazi
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de gérard pancrazi
  • Le blog de gérard pancrazi
  • : Une analyse de l'actualité politique. une réflexion sur le monde
  • Contact

Recherche

Liens