Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 16:12

Cet article a été publié dans la revue LEADERS du 29 juillet 2011.

Je remercie chaleureusement son Directeur pour son aimable autorisation ainsi que l'ensemble de la rédaction et de son personnel pour la qualité de ses articles.

Merci à Dorra BOUZID pour cet article qui nous a fait chaud au coeur.

 

  

La nouvelle bourguibamania : Le bienfaiteur toujours chéri de la Patrie !

Par Dorra Bouzid*

2011-07-29

 Depuis l’émouvante commémoration de la mort du toujours bien-aimé Bourguiba, une véritable «bourguibamania» s’est emparée du peuple tunisien!  C’est à qui fêterait avec joie le souvenir ému d’un grand-père toujours très cher— même s’il a fauté! L’amour-vénération est resté intact pour ce bienfaiteur de la Patrie qui a doté notre beau pays de toutes les structures d’un véritable Etat indépendant, libéré la femme avec un Code du statut personnel révolutionnaire, unique dans le monde arabe, fait instruire toute la Tunisie, instaurer le planning familial et une véritable politique de santé; constamment soutenu l’Algérie sœur en guerre et les frères palestiniens, etc.

Personnellement, c’est le Code du statut personnel qui a fait de moi une fan-supporter de Bourguiba, alors président de la République. Enfant, j’avais entendu parler de Bourguiba lorsque je rendais visite à ma grand-mère, qui habitait à Bab Souika, juste en face du cabinet de Maître Habib Bourguiba – alors toujours absent, parce que, me disait-on, «toujours déporté ou en prison».  J’en entendais parler comme le «Zaim» (leader) du Néo-Destour, né sur les décombres du vieux Destour.

Avant l’indépendance, étudiante à Paris, où j’étais la première jeune fille à entrer dans le Bureau exécutif de l’Union générale des étudiants tunisiens (alors clandestine), je l’ai vu pour la première fois, à Chantilly, où il se morfondait en résidence surveillée.  Nous étions tous allés lui rendre visite pour lui soutenir le moral.  Et il nous a éblouis par son courage, la clarté de son verbe et le charme de son discours.

Le célèbre stylo vert

 Je m’étais lancée à l’époque, à Paris, dans le combat médiatique féministe, sous le pseudonyme protecteur de «Leila» avec l’équipe de «L’Action» (futur «Jeune Afrique»1055-61); puis à Tunis, en fondant «Faiza» le premier magazine féminin et féministe arabo-africain (1959-68) et collaboré, par la suite, à de très nombreux médias - ceux où il restait encore un peu de liberté!                                                                                                    

Je n’ai jamais eu à me plaindre de la moindre censure de sa part. Bien au contraire! Il appréciait le franc-parler et la libre expression, mais ne tolérait pas déjà qu’on s’attaque à sa personne!  Ce qui poussa alors Jeune Afrique à se mettre à l’abri à l’étranger. Lorsqu’il a cessé de gouverner et laissé peu à peu disparaitre, hélas, la liberté d’expression et s’installer la censure contre tous les journalistes indépendants, dont j’ai toujours fait partie, ce sont ses sbires qui m’ont persécutée — comme tous mes collègues. Dans la première décennie, j’ai toujours admiré et médiatisé son respect, ses discours et ses actions pour les femmes et le bien de notre patrie?

Quant à lui, il lisait attentivement mes articles qui appuyaient passionnément les luttes féministes et toutes ses actions nationalistes révolutionnaires? Il les commentait et allait jusqu’à réparer les injustices ou les insuffisances que nous dénoncions!  Il m’a fait même l’honneur  de m’inviter à son mariage avec Wassila Ben Ammar auquel nous avions consacré, dans «Faiza», un numéro spécial qui a été épuisé tout de suite. Il avait alors  posé une seule condition: qu’il supervise le texte avant impression.  J’en garde encore un souvenir très ému et aussi le manuscrit annoté par lui, avec son célèbre stylo vert. J’avais eu alors la fierté de ne le voir corriger qu’une seule faute : j’avais écrit qu’il avait «les yeux bleus» et il a rajouté, avec sa célèbre encre verte : «gris bleu».

Prostituées contre policiers et justiciers!

Je n’oublierai jamais, non plus, ses fameuses séances féministes où il tenait toujours à m’inviter pour les médiatiser dans «Faiza» et dont la plus impressionnante pour moi fut celle de Monastir. Tahar Belkhodja, son ministre de l’Intérieur, m’avait téléphoné pour me dire que Bourguiba tenait à ce que je vienne ce dimanche-là, au Palais de Skanès, à 11H. Comme j’exerçais aussi la profession de pharmacien, je lui ai répondu que je ne pouvais pas y aller, parce que j’étais de garde. Il me répondit que Bourguiba lui avait dit de m’emmener coûte que coûte –même «manu militari», s’il le fallait! J’ai demandé, alors, de repartir aussitôt après. Tahar Belkhoja est venu me chercher à la pharmacie à 8H du matin, et, avec les sirènes nous avons traversé les rues et le bac à 200km/h ! Nous sommes arrivés à 11h15 ! Il nous attendait, pour commencer la séance !

Il avait convoqué plusieurs magistrats et policiers, deux prostituées et un couple divorcé. Et le voilà en train de lire un article de journal sur la première : une petite prostituée du Kef qui était là, voilée, toute petite ! Il fulminait: «Je lis qu’elle avait été emprisonnée pour racolage pendant 15 jours, qu’elle a été remise en prison 15 jours après! Comment voulez-vous qu’elle cherche du travail si vous la mettez tout le temps en prison? Essayez plutôt de la faire recycler et de l’aider… !». J’en pleurais! C’était merveilleux de voir un chef d’Etat se pencher sur des destinées aussi humbles et pitoyables! La deuxième était une danseuse du ventre qui a raconté devant nous, à Bourguiba, «qu’elle n’était pas une prostituée mais une danseuse, et que même Bourguiba Junior, quand il venait, l’invitait à sa table!… ». Et Bourguiba de se tourner violemment vers les justiciers en s’exclamant : «Hein! Vous voyez : mon fils aussi  respecte les femmes ! Pas vous ! Laissez-la travailler ! Laissez-la tranquille ! ». La troisième femme était debout. Et à côté, était assis le célèbre boxeur Omrane Sadok qui voulait divorcer d’elle : «Lève-toi, lui cria Bourguiba avec indignation! C’est à la femme d’être assise!» (J’en pleurais d’émotion!) Et voilà que Bourguiba, voyant Omrane pâlir, serrer les poings et sur le point de répondre violemment à son tour, empoigne un  tampon buvard et le lui envoie à la tête, avec ces mots : «Il faut respecter les femmes, ce n’est pas parce que tu es un célèbre boxeur que tu dois les mépriser!»

Il m’a fait seulement deux reproches au cours de ma carrière. Le premier à propos d’une recette de cuisine : «Toi, m’a-t-il dit un jour, tu ne sais pas faire la cuisine, puisque dans les recettes de «Faiza» vous écrivez que la Ojja se prépare avec du Tabel et Karouia moulus alors que c’est avec de la Karouia en grains! Le deuxième reproche, après l’Indépendance, c’était à propos de mon article signé «Leila», dans «L’Action» et intitulé: «Pardonnez-nous, Madame Hached!» J’y écrivais (j’en ai encore les larmes aux yeux): «Pardonnez-nous, Madame Hached de ne pas vous avoir offert une maison, de ne pas vous avoir donné une pension, de ne pas avoir fait de vos enfants les pupilles de la Nation!», etc.

Il en avait été tellement bouleversé qu’il m’a –non pas convoquée– mais invitée paternellement à déjeuner (avec Mohamed Masmoudi alors ministre de l’Information) non pas pour me critiquer violemment, mais pour me dire : «Je n’étais pas au courant! Pourquoi ne me l’avez-vous pas fait savoir ?  Je lui avais alors répondu que «s’il fallait que je cherche à le voir à chaque fois qu’il y avait quelque chose à signaler, ça n’en finirait pas, et puis, comment savoir s’il allait me recevoir, etc.». Il me répondit alors avec une grande douceur : «Je veux que vous m’informiez à chaque fois. Ma porte vous sera toujours ouverte, comme elle est ouverte à tous les Tunisiens».

Aujourd’hui, les journalistes indépendants, dont je n’ai jamais cessé de faire partie, ainsi que ses opposants politiques (même persécutés) ne sont pas près d’oublier que c’est malheureusement l’obstination de notre  grand leader à garder le pouvoir, malgré la dégradation de sa santé, qui a laissé les Goebbels de la désinformation et de la répression nous imposer le trop long calvaire de la dépossession de la liberté.

Mais, le retour de cette extraordinaire «bourguibamania» atteste encore, paradoxalement aussi, de l’affection quasi nationale pour un bienfaiteur toujours chéri de la Patrie, même s’il a malheureusement gravement fauté! 


Dorra Bouzid
*Première femme journaliste en Tunisie
 

Partager cet article

Repost 0
Published by gpancraz
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de gérard pancrazi
  • Le blog de gérard pancrazi
  • : Une analyse de l'actualité politique. une réflexion sur le monde
  • Contact

Recherche

Liens