Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 20:38

 

Je suis sûr qu’aucun de ces deux personnages ne se trouvera flatté de savoir que l’on a pu soutenir qu’il existerait entre eux une quelconque relation.

 

Mais qu’ils se rassurent, ce ne sont pas les individus qui sont en cause, mais leurs méthodes, qu’il s’agisse de potentats chevronnés ou de pitres de samedi soir enivrés par la fatuité voluptueuse de leur succès, qui les rend inconscients de l’inconséquence de leurs actes, dans une société fondée sur la liberté et l’égalité d’accès des citoyens au service public.

 

Après sa prise de pouvoir en novembre 1987, Zinedine BEN ALI, devenu président de la Tunisie, devait décider, après quelques gestes d’ouverture, d’exclure les islamistes de la vie politique et même de la vie publique. Il avait décrété que les islamistes véhiculaient des idées fausses, nocives pour le peuple, et que dans ces conditions ils n’avaient pas leur place dans la société tunisienne.

 

Dans son émission à succès « On n’est pas couché » diffusée le samedi soir à 23 heures sur une chaine du service public, Laurent RUQUIER, animateur le plus en vogue de l’audiovisuel, qui interview chaque semaine des hommes et des femmes politiques, avait  décidé qu’il ne recevrait pas Marine LE PEN, bien qu’elle ait une audience bien supérieure à la plus-part d’entre eux. Il avait estimé que le Front National véhiculait des idées fausses, nocives pour le peuple et que dans ces conditions, ce parti n’aurait pas de place chez lui. *

 

S’opposer à ceux qui propagent des idées extrémistes est une attitude toujours très appréciée et d’ailleurs, personne ou presque, parmi toutes les personnalités que compte la société médiatico-politique,  n’a  véritablement contesté ce choix, de même qu’en 1987 tout le monde ou presque avait applaudi à l’exclusive lancée contre les islamistes par BEN ALI, l’objet étant de faire barrage à l’intégrisme.

 

Mais une question vient alors inévitablement à l’esprit. Ceux qui procèdent ainsi, ne nourriraient-ils pas en réalité une sorte de défiance vis-à-vis du peuple, dont ils considèreraient qu’il n’est pas apte à apprécier de par lui-même, ce qui est bon pour lui de ce qui ne l’est pas ?

 

De même que le refus de tout débat démocratique, pour s’opposer aux idées que l’on estime nuisibles, ne serait-il pas de nature à faire naître une suspicion sur la pertinence de l’argumentation qui fonde ce rejet ?

 

Exclure au lieu d’expliquer, de discuter, de justifier ; stigmatiser sans risque d’être contredit par ceux dont on considère qu’ils se trompent, n’est-ce pas là en réalité la meilleure façon de leur donner raison ?

 

D’autant qu’après avoir anathématiser ceux qui ne recueillent pas leur assentiment, très souvent, devant la facilité déconcertante avec laquelle ils y parviennent, ils auront la tentation de lancer à l’endroit des bannis, sans même en avoir l’utilité, des provocations, des injures, des grossièretés.

 

Laurent RUQUIER a ainsi présenté un arbre généalogique de la famille LE PEN ayant la forme d’une croix gammée, le procédé faisant penser, au-delà de l’infamie qui en résulte, à la vengeance qui dans les sociétés primitives, s’exerçait sur l’ensemble du clan dont faisait parti son ennemi, sans qu’il ait été estimé opportun de faire de distinction entre ses membres. La semaine suivante, l’animateur engagé devait surenchérir, en  annonçant avec un plaisir gourmand qu’un procès en diffamation lui avait  été intenté de ce fait, et que c’était pour lui un honneur. Dans une autre émission qui suivit, il a montré le dessin d’un journal satyrique, qui représentait Marine LE PEN sous la forme d’un excrément. Chaque semaine la présidente du Front National est livré aux attaques du présentateur, sans que jamais on ne lui permette  de se défendre.

 

Ce qui gène plus que tout, c’est cette arrogance avec laquelle Laurent RUQUIER agit dans l’assentiment quasi général. Anne Sinclair ou Michel Drucker qui refusèrent de recevoir Jean-Marie LE PEN dans leurs émissions, ne l’on jamais injurié, ils l’ignoraient.

 

Pour BEN ALI, la stratégie de l’exclusion, de l’interdiction, de l’invective,  l’a conduit après 23 années de ce régime sévère, à être chassé du pouvoir par le peuple qui a confié sa direction et son destin comme chacun le sait au parti islamiste.

 

En laissant agir notre petit trublion de la politique, il est à parier que le Front National a de beaux jours devant lui, car comme les démocrates tunisiens qui n’étaient pas plus islamistes que BEN ALI, mais qui étaient heurtés par les méthodes du dictateur tunisien, je trouve inadmissible, plus encore dans une vieille démocratie comme la France, que l’on puisse accepter ce type de comportement.

 

L’intégrisme peut se nicher parfois là où on ne l’attend pas et l’on doit toujours se méfier de l’insolence des parvenus. Ils sont particulièrement dangereux. Ils en arrivent par faire défendre ceux qu’ils croient combattre, par leurs pires adversaires.

 

*Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, vient de le désavouer en exigeant  qu’il  reçoive Marine LE PEN.  

Partager cet article

Repost 0
Published by gpancraz
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de gérard pancrazi
  • Le blog de gérard pancrazi
  • : Une analyse de l'actualité politique. une réflexion sur le monde
  • Contact

Recherche

Liens