Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 avril 2012 7 29 /04 /avril /2012 19:36

« Si je suis battu, j’abandonne la vie politique. »

 

Pour cette seule phrase prononcée dans le cours d’une causerie de peu d’intérêt, peut-être même sans y avoir pris garde,  l’un des hommes les plus puissants de la planète, dès le résultat annoncé, disparait de la scène publique.

 

Démuni du pouvoir, sans aucune perspective de le reconquérir un jour, ceux qui avaient, et parfois depuis si longtemps, investi en lui et qui composaient l’essentiel de ses relations personnelles, le fuiront, avec en plus une sensation étrange, celle d’avoir été trompés.

 

Très vite seul avec lui-même, libéré peut-être même sans vraiment l’avoir voulu de toutes ses autres contraintes, il se trouvera d’abord confronté à quelques problèmes matériels.

 

La cérémonie de passation des pouvoirs lui vient de suite à l’esprit. Terrible épreuve que celle d’aller célébrer sa propre défaite, alors que l’on voudrait pouvoir s’évanouir dans l’au delà. Singulière tradition que celle qui consiste à  rendre hommage à son contempteur alors qu’on le hait plus que tout au monde. Curieux cahier des charges, qui lui fait obligation de faire bonne figure, d’aligner sourires et traits d’humour avec une recommandation particulière pour l’autodérision…Un abaissement qui n’a pour seule échappatoire que l’humilité, dont on dit qu’elle est  la porte ouverte à toutes les perfections, maigre consolation.   

 

Son chauffeur de toujours, si fidèle, si modeste, si soumis, lui paraît maintenant un tantinet détaché. Ils n’en a plus que pour quelques jours. Il doit certainement penser à son affectation future. Mais il ne peut désormais plus rien pour lui. Lui-même devra d’ailleurs se trouver un job. Au pire ce sera le cabinet. Mais c’est du boulot et cela fait une éternité qu’il n’a pas ouvert un code. Il y a bien-sûr le Conseil, mais sous la présidence de Jean-Louis …On parlait d’humilité, il en faudra vraiment pas mal. Mais c’est  mieux que rien, et ça reste dans ses cordes.

 

Il se trouvera ensuite confronté à l’une des plus cruelles réalités de la vie, l’ingratitude. Jean-François n’a pas rappelé, François non plus, sans parler d’Alain qu’il a sorti du trou, même Nadine… Ce n’est certainement pas cela qu’il a voulu, tout abandonner ainsi... Cela a été vite, très vite, trop vite…Il a pourtant espéré qu’ils le harcèleraient, qu’ils le supplieraient,  « tu es notre chef, on ne peut rien faire sans toi, c’est avec toi que l’on va reconquérir le pouvoir… » Bien au contraire, ils n’arrêtent pas de répéter qu’ils respectent sa décision d’abandonner la politique. Ils ont fermé la porte. 

 

Les copains de toujours ne répondent plus : « il est en réunion » « il vous rappellera dès que possible » « il vient juste de partir en rendez vous extérieur », « il n’est toujours pas rentré ». Cela va être dur, très dur. 

 

Plus d’égard, plus d’attention... Il reste les dîners en ville, et quelques conférences.

 

Tiens un SMS. C’est CARLA, qui part se reposer chez ses parents. Il a  l’impression qu’elle lui fait la gueule.  Bon, il faut arrêter, il devient parano.   

Repost 0
Published by gpancraz
commenter cet article
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 15:32

Les deux interviews données par les époux STRAUSS-KAHN-SINCLAIR, en pleine campagne électorale, posent question.

 

Avant la nomination de Dominique STRAUSS-KAHN au FMI, le couple a toujours symbolisé la gauche socialiste la plus rigoriste, quant à la défense de ses valeurs. Anne SINCLAIR refusa, contre toute déontologie, d’interviewer Jean-Marie LE PEN et Dominique STRAUSS-KAHN fut le premier à gauche, à déclarer le 21 avril 2002 qu’il voterait CHIRAC, position qui fut par la suite critiquée par Lionel JOSPIN.

 

Après les affaires que l’on connaît, les époux STRAUSS-KAHN-SINCLAIR ont pris l’initiative, à la veille du premier tour des présidentielles pour l’un et du second pour l’autre, d’entrer dans la campagne, avec pour effet, sinon pour objectif, de gêner le candidat socialiste.

 

A quatre jours du premier tour, Anne SINCLAIR nous est apparue au Petit Journal de Yann BARTHES du 18 avril, belle comme jamais, fraîche, rieuse, moqueuse sur tous les sujets, en particulier sur l’exécrable accent anglais du Président ou sur les répétitions de Nicolas DUPONT AIGNAN, sûre d’elle même, dominatrice et détendue. Vraiment, comme on le dit à propos de sportifs et sans que personne ne cherche à lui en faire reproche, en très grande forme.

 

Mais attention ! c’est la directrice du HUNFFINGTON post qui a été invitée, pas l’épouse de qui vous savez. Donc, on ne parle de rien, rien de rien, OK ? OK ! Grâce à Yann BARTHES, nous apprenons qu’elle est plus Rock que pop et que les pulls mohairs sont une légende, elle n’en a porté que quatre fois, car ça tient chaud et que les fibres se mettent dans les yeux…Enfin, « son livre est un carton » répète inlassablement le terrible Yann BARTHES, ébloui par la star.

 

A 10 jours du second tour, Dominique STRAUSS KAHN a donné à son tour une interview, mais noblesse oblige, au journal britannique The GUARDIAN. Il se dit victime d’un complot des services secrets français à la solde du pouvoir sarkoziste …

 

Voilà un homme qui devrait se cacher dans un trou de souris pour tenter de faire oublier ses frasques et qui continue à palabrer et à se pavaner comme si de rien n’était, comme s’il n’était qu’une malheureuse victime d’un monde sans pitié, alors que personne d’autre que lui, serait à même de trouver encore toute la complaisance qu’il désire, s’il n’avait pas été justement le contraire de l’idéal socialiste.

 

Les époux STRAUSS-KAHN-SINCLAIR ont ainsi fait subir à la gauche le pire des discrédits qui pouvait lui être fait en cette période électorale. Celui d’une gauche arrogante, protégée, qui ne craint pas la crise, ni les journalistes, ni même Yann BARTHES, ce dernier s’étant il est vrai  montré tellement loyal avec la belle Anne, selon vraisemblablement les conditions qu’elle avait posées à sa venue, ou pire encore, sans même qu’elle eu besoin d’une quelconque négociation.

 

Les époux STRAUSS-KAHN-SINCLAIR  ont donné à ces deux occasions, une image dégradée de la gauche, une sorte de concentré de tout ce qu’on a pu lui reprocher, et l’on a du mal à imaginer que ni l’un ni l’autre n’a eu conscience, que leur comportement pouvait ressembler à une véritable intrigue.

 

Cherchent-ils à faire payer à leurs anciens amis le prix de la distance qu’ils ont eu le front de prendre envers eux. A moins qu’il y ait une autre explication, mais laquelle ?

Repost 0
Published by gpancraz
commenter cet article
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 08:36

François MITTERRAND, lorsqu’il fût candidat à sa succession, était demeuré pleinement dans sa stature présidentielle et avait maintenu « son » premier-ministre-candidat, Jacques CHIRAC,  dans une situation subalterne, malgré les efforts de ce dernier pour se sortir de cet avatar. « Vous n’êtes pas le président…Mais bien sûr monsieur le premier ministre… »

 

Nicolas SARKOZY, dont le premier paradoxe fut d’apparaître comme l’outsider de l’épreuve, n’a pas su conserver l’avantage que lui conférait son statut et sitôt parti en campagne, a même fait craquer de toute part ses habits présidentiels.

 

François HOLLANDE, en revanche, n’a eu de cesse de se construire une image de président, ne négligeant aucun de ses aspects, allant on s’en souvient jusqu’à se soumettre à un régime alimentaire sévère et à adopter les mimiques et les intonations de François MITTERRAND.

 

A quelques jours du scrutin décisif, il semble bien que ce phénomène de dé-présidentialisation de l’un et de présidentialisation de l’autre, se poursuive.

 

Ce mercredi 25 avril, François HOLLANDE a tenu à Paris, une conférence de presse, au cours de laquelle nous avons vu s’exprimer un homme posé et distingué, parlant avec précision et mesure, dans un langage châtié, économe de ses gestes et donnant ainsi au spectateur une impression de calme et de sérénité, qui sont les qualités premières que l’on souhaite trouver chez un Président de la République.

 

Devant 280 journalistes, le candidat arrivé en tête du premier tour, a créé une ambiance feutrée, très présidentielle, faite de bienséance et d’amabilités, répondant  aux nombreuses questions de  la presse nationale et internationale sans le moindre excès verbal,  n’écartant aucune des questions qui lui étaient posées et mettant ainsi à bas le procès qui lui était fait dans le même temps à CERNAY, de vouloir fuir le débat.

 

A CERNAY, prés de MULHOUSE, Nicolas SARKOZY qui tenait meeting,  réclamait véhément, la mise sur pied de trois « face à face », exigeant d’en découdre au plus vite avec son adversaire, s’exprimant avec toutes sortes de rodomontades, sur un ton agressif et provocant, laissant à penser qu’il voyait ces débats comme des combats d’homme à homme, où la virilité serait plus déterminante que les idées.

 

C’est dans cette ambiance surchauffée qu’il instruisait les militants alsaciens,  sur les difficultés et même les souffrances des électeurs qui avaient voté Marine LE PEN, gens qu’il qualifiait de parfaitement respectables, victimes du chômage, qui habitent dans des banlieues où règne une grande insécurité, dans des conditions insupportables.

 

Singulière diatribe de celui qui met en avant, comme argument à sa réélection, ses propres carences, commettant par la même un déni de fonction présidentielle, comme l’on commet un déni de grossesse et conduisant ainsi à son paroxysme ce phénomène de dé-présidentialisation, paradoxe inouï pour un Président de la République en exercice...

 

Un processus qui mené à son terme, pourrait en définitive n’être que la logique de l’épilogue que l’on pourrait connaitre dimanche 6 mai, si François HOLLANDE venait comme d’aucuns l’affirment  à l’emporter. On pourra alors dire que les courbes de la présidentialisation ont achevé de se croiser.

Repost 0
Published by gpancraz
commenter cet article
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 08:47

On le savait intrépide, impétueux, bagarreur, on le savait même prêt à l’affrontement physique si les circonstances l’exigeaient, on le savait provocateur en diable, mais peut-on dire que l’on connaît vraiment la personnalité du président ?

 

Combattant jusqu’à mettre sa personne en péril au plan de l’image qu’il donne de lui, Nicolas SARKOZY ne tient plus un seul meeting sans se montrer agressif envers son concurrent. Il ne s’agit pas seulement d’une agressivité verbale qui est naturelle dans ce type de combat, mais d’une agressivité qui apparaît dans son expression la plus vive et qui pourrait être qualifiée de « quasi-physique ».

 

Plus que de la combativité, c’est une sorte de rage qu’il exprime, la rage de vaincre disent certains. Il provoque François HOLLANDE en combat singulier, sachant mêler à la fois la hargne et l’humour : « Je l’attends où il veut, quand il veut, le matin si ça l’arrange, à midi ou le soir pas de problème,  le jour qu’il choisira le mercredi, le jeudi, s’il veut une heure au lieu d’une heure et demi si c’est trop fatigant, pas de problème... » C’est un peu le « descends si tu es un homme » recyclé en   « bats toi si tu es un homme. »  

 

Nicolas SARKOZY est à l’évidence, impatient d’en découdre, il propose même trois débats, voulant faire une sorte de preuve par 9. Il se montre sûr de pouvoir terrasser son adversaire. Il est vrai qu’il excelle dans ce type de confrontation dans lesquelles comptent plus la répartie et l’à-propos que les  programmes qui ne sont là que pour servir de support matériel.

 

Nicolas SARKOZY est sûr de lui. Derrière les traits tirés qu’il affiche depuis quelques jours, se cache une détermination sans borne. Il assure selon ses proches que François HOLLANDE a peur et qu’il va « l’exploser ». L’a-t-il vraiment dit ? Pas de démenti. Mais l’esprit ne fait guère de doute.

 

Il n’est pas sûr que cette stratégie soit la bonne. Dans ce type de confrontation, en politique comme en sport, le public a toujours tendance à prendre parti pour celui que l’on donne perdant et on ne peut qu’être déçu si la victoire que le favori  obtient n’est pas significative.

 

En créant ce type d’ambiance autour de lui, Nicolas SARKOZY «  se met la pression », selon l’expression consacrée et on ne lui pardonnera pas la moindre erreur, le moindre faux pas.

 

François HOLLANDE qui avait toutes les raisons de craindre ce débat se trouve par la même rasséréné par le spectacle auquel il assiste et qui doit certainement lui donner à penser que c’est le président-candidat, qui est  le plus fébrile des deux.

 

François HOLLANDE est loin d’être un mauvais débatteur, il sait conserver son calme, il est très réactif et il manie l’humour comme nul autre pareil parmi ses pairs. Autant d’atouts qui ne permettent pas à Nicolas SARKOZY d’afficher une confiance aussi grande, qui ne peut que se retourner contre lui. On n’a jamais intérêt à sous estimer ses adversaires.   

 

A quelques jours du scrutin, tous les éléments d’une victoire du candidat de la gauche sont réunis. Nicolas SARKOZY joue son va-tout. Un silence pesant de sa part sur le débat du 2 mai aurait certainement beaucoup plus impressionné son adversaire, que toute cette agitation qui peut-être interprétée comme un signe de grande nervosité, certains vont même jusqu’à dire de peur de la défaite, qui s’emparerait du candidat- président.

Repost 0
Published by gpancraz
commenter cet article
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 13:41

Tous ceux qui ont regardé la télévision dimanche 22 avril à 20 heures et qui savent faire une addition à deux chiffres ont compris, même s’ils ne sont pas des politologues avertis, que  la seule façon pour Nicolas SARKOZY d’obtenir le renouvellement de son mandat, est  que les électeurs qui ont voté pour Marine LE PEN votent pour lui au second tour de l’élection présidentielle. 

 

Le staff de campagne de Nicolas SARKOZY a fait exactement le même calcul et a donné à ses troupes le mot d’ordre suivant : « Il faut récupérer les voix du Front National ».

 

Si cette analyse est mathématiquement exacte, la conséquence qui en a été tirée est critiquable à de nombreux égards.

 

Sauf s’il s’agit « encore » d’une approximation journalistique, le terme « récupérer », utilisé  pour désigner la stratégie de l’entre-deux-tours du parti majoritaire, est parfaitement inapproprié et même déplacé.

 

En politique, le verbe récupérer a acquis une acception péjorative marquée. Il consiste à « détourner de son sens et à annexer » une action, un mouvement d’opinion, un groupe d’individus ou une personne, cette « récupération » s’opérant à partir de promesses qui d’une façon générale ne sont jamais tenues. C’est le principe même de la récupération, celui qui récupère est en position de force par rapport à celui qui est récupéré, ce dernier caressant l’espoir, sans toutefois trop y croire, de pouvoir bénéficier de quelques concessions. En 2007 on avait utilisé la fameuse formule selon laquelle « Nicolas SARKOZY avait « siphonné » les voix du Front National.

 

C’est la différence avec le « ralliement » par lequel le rallié adhère sans condition au groupe ou au mouvement qu’il va rejoindre, tandis que dans « l’accord » chacune des parties fait des concessions réciproques équilibrées, qui ont une valeur quasi juridique.   

 

Si les ralliements et les accords font parti de la vie politique ordinaire, siphonage et récupération ne fleurent pas très bon la politique au sens noble du terme. Il y a quelque part un sentiment de tromperie, qui étalé au grand jour avec un certain cynisme, dérange.

 

Dès ses premières interventions de l’après-premier-tour, Nicolas SARKOZY a déclaré qu’il comprenait « la souffrance » de tous ces gens, « leur désespoir », « leur colère », une sorte de « je vous ai compris » qu’il a fait suivre de toute la litanie sur  la sécurité,  l’immigration, les frontières et même l’Europe.

 

Nicolas SARKOZY a-t-il été convaincu qu’il fallait faire une place aux six millions et demi d’électeurs de Marine LE PEN et a-t-il décidé pour cela, d’adopter les thèses du Front National ?

 

C’est peu probable, à entendre les principaux responsables de l’UMP qui disent à chacune de leur intervention que Marine LE PEN a une politique raciste et xénophobe et pour certains d’entre eux que s’ils avaient à choisir, ils voteraient socialiste plutôt que Front National.

 

Il s’agit donc bien comme en 2007, dans l’esprit du président-candidat,  d’une recherche de « récupération » d’un électorat,  stratégie qui à défaut de sincérité a au moins le mérite de la clarté.

Repost 0
Published by gpancraz
commenter cet article
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 07:40

Le débat de l’entre-deux-tours, est pour le candidat en souffrance, le combat de la dernière chance. En quelque sorte celui  du boxeur dominé par son adversaire, qui ne peut plus compter que sur un coup du sort pour espérer l’emporter. La multiplication de ce type de confrontation, ne peut que favoriser celui qui n’a plus rien à perdre.

 

Nicolas SARKOZY qui sait que sa situation est de plus en plus difficile, dit et fait dire, que si l’on veut que les français se déterminent en pleine connaissance de cause, plusieurs débats seront nécessaires entre les deux tours, deux au minimum.

 

Pourtant, il n’avait  pas eu ce type de prévention lorsqu’il fut opposé au second tour à Ségolène ROYAL. Il était devant dans les sondages et il n’était pas question pour lui de prendre le moindre risque.

 

En 2002, Jacques CHIRAC qui savait qu’il avait gagné n’avait aucun intérêt à se colleter avec Jean-Marie LE PEN, excellent dans ce type de confrontation. Bien que la victoire lui fût acquise, c’est lui qui avait tout à perdre.  Il ne pouvait que perdre en prestige et en points. Aussi, après quelques hésitations, Philippe SEGUIN avait réglé le problème en expliquant qu’il n’était pas question que le président sortant se commette avec le leader de l’extrême droite. Le débat républicain de l’entre deux tour est tombé à la trappe sous les applaudissements de la gauche et de la droite réunies.

 

Mais il est des élections où l’on pense que le face à face a été déterminant. Une réplique telle que « vous n’avez pas le monopole du cœur » pour GISCARD en 1974, ou la fois suivante, « sauf qu’entre temps, vous êtes devenu le président du passif » pour MITTERRAND, aurait selon nombre d’observateurs fait l’élection.  Des mois de campagne, des convictions profondes, des idées fortes, peuvent-elles être ainsi réduites à une phrase de quelques mots ?

 

Ce qui est vrai, c’est que l’on ne connaît pas de candidat qui ayant été démis lors de ce type d’épreuve ait gagné l’élection. Mais on peut se demander si après coup, on n’arrive pas toujours à retrouver la petite phrase qui fait mouche et dont on soutiendra pour toujours,  qu’elle a été à l’origine de la victoire ou de la défaite.   

 

En réalité, personne n’est sûr de  rien dans ce domaine, sauf le pétulant Alain DUHAMEL, qui affirme avec l’insigne prétention qui le caractérise, que trois débats, rien de moins,  sont nécessaires pour couvrir l’ensemble des sujets, ses confrères étant beaucoup plus réservés.    

 

Ces face-à-face de second tour requièrent de la part des débatteurs en présence, habileté, répartie, sens de la formule, sang froid, maîtrise de soi, vivacité d’esprit. Il ne fait guère de doute que c’est  sur ces petites phrases bien senties, assénées au bon moment « à la vitesse du son », que le débat, sinon l’élection, se joue.

 

Mais  il serait dangereux, justement de jouer l’avenir d’une nation sur un coup de dé après une campagne fort longue, fouillée, complète. Le face-à-face de l’entre deux tour doit être le dernier acte d’une longue série d’autres et ne peut en soi être déterminant. Il doit rester une sorte de couronnement du meilleur.

 

Dans le tour de France, ce serait la dernière étape sur les Champs Elysées, une promenade de santé pour celui qui a le maillot jaune. Sauf en cas de duel serré, dans ce cas, cela se jouerait bien évidemment « au sprint » 

Repost 0
Published by gpancraz
commenter cet article
14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 16:23

L’affaire Florence CASSEZ est exactement le type de cause, dans laquelle un Président de la République n’a pas à s’investir personnellement, au point paraît-il selon ce que raconte l’intéressée elle même, de lui téléphoner personnellement dans sa cellule à période régulière.

Peu importe le fond, mais que l’on se rende un peu compte : rien ne permet de dire que Florence CASSEZ est coupable, mais rien non plus ne permet de dire qu’elle ne l’est pas, rien ne permet de dire que tous les magistrats mexicains sont honnêtes, mais rien ne permet de dire non plus qu’ils sont tous  corrompus ou soumis au pouvoir politique comme on l’a dit en France, rien ne nous permet de dire que Florence CASSEZ était informée des activités de son compagnon Israël VALLARTA, chef présumé de la bande du ZODIAQUE, poursuivi pour plusieurs enlèvements, mais rien ne nous permet de dire qu’elle ne l’était pas, rien ne permet de dire que David OROZCO un des membres présumés du gang des kidnappeurs, qui a affirmé lors de l'enquête que Florence CASSEZ dirigeait la bande avec son compagnon et qu’elle avait pour tâche de toucher les rançons et de préparer les enlèvements a dit la vérité, mais rien ne nous permet de dire qu’il a menti,  rien ne permet de dire que Cristina RIOS VALLADERES, enlevée le 19 octobre 2005 avec son mari et leur fils, puis séquestrée avec son fils pendant 52 jours, qui affirme dans le quotidien La JORNADA qu’avec ce dernier ils ont reconnu « la voix et l'accent de Florence CASSEZ comme étant celle de leur ravisseuse qui a extrait du sang de l'enfant pour l'envoyer au père et qui a menacé la mère de la tuer » a dit la vérité, mais rien ne nous permet de dire qu’elle a menti, rien ne nous permet… rien ne nous permet…et on pourrait continuer ainsi longtemps…

Est-ce là le rôle d’un Président de la République que d’entrer dans un pareil débat judiciaire? Comment un Président de la République entouré des conseillers les plus éminents a-t-il pu se lancer dans un pareil combat ? Comment peut-il être sûr de se trouver en présence d’une erreur judiciaire qui ait pu justifier un tel déploiement d’attaques publiques envers le Mexique ?  Ou alors pourquoi ne pas s’en expliquer clairement ? Toutes les explications du monde de Me BERTON qui se contente de répéter que la police mexicaine a fait une reconstitution factice de l’arrestation, sans jamais aborder les faits qui mettent sa cliente en cause, n’emportent à aucun moment la conviction.

Et quand bien même, est-il du niveau du président de la République de s’investir dans ces affaires avec une communication excessive, certainement même contre-productive.

Michel VAUZELLE part pour le Mexique dans le cadre de la campagne électorale du Parti Socialiste, suscitant l’ire de la famille CASSEZ et de son avocat. Si pour eux, on peut comprendre qu’ils ramènent tout à ce qui est leur préoccupation, on comprend beaucoup moins que pour l’Elysée, le Mexique ne soit vu qu’à travers l’affaire CASSEZ, que l’on ne puisse aller au Mexique que pour l’affaire CASSEZ et qu’il n’y ait plus de diplomatie franco-mexicaine, hormis l’affaire CASSEZ.

Comment peut-on en arriver à imaginer que cette affaire ait une importance majeure dans la campagne pour l’élection présidentielle au point que Me BERTON a cru pouvoir déclarer : «François Hollande est en train de mettre au premier plan Florence Cassez dans la campagne présidentielle, dans le dos de Florence Cassez, de ses parents, de sa défense"

Michel VAUZELLE en embarquant pour le Mexique a déclaré que son voyage n’avait rien à voir avec la dite affaire. Connaissant un peu l’homme et son extrême bon sens, je suis persuadé qu’il dit vrai.

Remettre l’affaire CASSEZ sur le tapis à une semaine du premier tour par l’intermédiaire de sa porte parole, démontre que personne, pas même l’excellent Henri GUAINO, n’a réussi à faire prendre conscience à Nicolas SARKOZY qu’il est passé à côté de la fonction  présidentielle.

Nicolas SARKOZY n’a toujours pas compris que c’est de n’avoir pas su être un président de la République, que vient ses déboires et l’échec vraisemblable de sa réélection. Ne pas savoir distinguer entre ce qui est de la compétence d’un président de la République et celle d’un attaché d’ambassade, d’un sous-préfet, ou d’un procureur de la République, croire que l’on peut ramener la fonction présidentielle à un reality-show avec comme studio principal le perron de l’Elysée pour assurer l’audimat, est très certainement ce qui est à l’origine de sa perte de crédit.

Repost 0
Published by gpancraz
commenter cet article
14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 10:53

Depuis la Révolution du 14 janvier 2011, l’avenue Habib BOURGUIBA est devenue un  forum permanent d’effervescence où viennent s’affirmer, parfois même s’affronter, toutes les expressions, des plus extrémistes comme celle de ce prédicateur appelant « à tuer les juifs », aux plus pacifiques, avec des rassemblements d’artistes et de comédiens.

 

Revendications sociales, économiques, politiques, culturelles, se succèdent sur l’artère  principale   où convergent dans le même temps la circulation automobile du tout Tunis avec ses embouteillages monstres, les cars remplis de touristes en route pour la Médina, les hommes d’affaires qui séjournent à l’Hôtel AFRICA, à l’INTERNATIONAL au CARLTON, les promeneurs, les passants en quête d’articles de la dernière mode, employés, fonctionnaires, chômeurs, étudiants, qui emplissent les bars, les  restaurants et les gargotes, qui montent et descendent ech châri ( l’avenue), dans un mouvement ininterrompu depuis la place du 14 janvier jusqu’à la rue d’Algérie, au quartier de Bab ZIRA, de Bab el BAHR, à la rue Mongi SLIM, à la rue Charles de GAULLE, un va et vient incessant depuis le matin aux aurores, jusque tard dans la nuit, tout un petit monde grouillant qui fait le Tunis moderne du 21e siècle, dans un pays qui vient d’acquérir sa liberté d’expression.

 

Craignant de voir compromettre le redressement économique du pays, qui passe par le rétablissement de l’ordre et de la sécurité, le Ministre de l’intérieur Ali LAARAYEDH, a décidé le 28 mars, d’interdire toute manifestation sur la célèbre avenue, estimant qu’il était possible de satisfaire l’expression publique des revendications, en utilisant d’autres sites.

 

Mais les opposants au pouvoir en place, ont trouvé là une aubaine pour se rassembler sur un objectif commun et pour marquer les esprits en bravant l’interdiction au nom de la liberté et de la démocratie et en imputant par avance aux autorités responsables de la mesure prise,   les incidents qui ne manqueraient pas de survenir avec les forces de l’ordre.

 

Le 9 avril, journée des martyrs commémore la manifestation populaire qui eut lieu en 1938 pour soutenir un militant indépendantiste qui comparaissait devant le tribunal de Tunis pour des activités jugées par l’autorité coloniale subversives et qui vit l’armée française débordée, tirer dans la foule. De nombreux morts et blessés furent à déplorer et ce fut là l’un des premiers actes majeurs du soulèvement populaire pour l’Indépendance, après celui qui eut lieu au cimetière du DJELLAZ à Tunis en 1911.

 

Le 9 avril, qui marque ainsi la détermination du peuple tunisien à combattre pour sa liberté, selon l’expression utilisée à l’époque « jusqu’à la dernière goutte de son sang », est depuis l’Indépendance un jour férié. Une commémoration officielle a lieu chaque année au monument des martyrs à SEJOUMI à quelques kilomètres de Tunis, en bordure de son lac.

 

Il ne semble pas que jusqu’alors, des manifestations populaires soient venues s’ajouter aux manifestations officielles. La Révolution du 14 janvier ayant modifié l’ordre des choses, personne aujourd’hui, parmi les différents acteurs politiques  en présence, depuis les salafistes jusqu’aux nostalgiques de l’Ancien régime, ne serait bien évidemment opposé à ce que le peuple s’empare d’une telle commémoration.

 

Le 9 avril concerne l’histoire de la libération de la Tunisie. Il serait difficile pour un gouvernement quel qu’il soit, de pouvoir donner, ne serait-ce que l’impression, de ne pas lui accorder sa juste place, en refusant à la manifestation populaire le  prestige de l’artère principale, pour commémorer cette journée.

 

Mais il n’est pas exclu que le 9 avril soit utilisé par des mouvements d’opposition ou de contestation, avec lesquels la Tunisie démocratique doit désormais compter, pour exprimer au pouvoir son désaccord avec sa politique, et afin de mieux marquer les esprits, d’aller défiler sut l’avenue Habib BOURGUIBA malgré l’interdiction, d’autant qu’il est aujourd’hui facile de réunir à Tunis quelques centaines de manifestants, pour quelque cause que ce soit, tant les difficultés sociales sont grandes, peut-être même encore plus qu’elles ne l’étaient jusqu’alors.

 

Ne pas réagir serait pour les pouvoirs publics un aveu de faiblesse qui entamerait sa crédibilité ; réagir au nom de l’application de la loi, conduirait inévitablement à des incidents,  qui n’en seraient pas moins exploités.

 

Forces antiémeutes, manifestants blessés ou indisposés par les gaz lacrymogènes, une photographe de l’hebdomadaire français Le Point pris dans la tourmente, tous les ingrédients suffisants pour justifier d’une couverture médiatique qui fera de cette journée du 9 avril, pour les opposants au Régime, une journée réussie.

 

Indignation générale, la presse étrangère, en particulier française pourtant en pleine campagne présidentielle, fera ses unes sur les évènements, l’UGTT, le Syndicat des travailleurs tunisiens, qui a un contentieux latent avec le pouvoir, surenchérit et annonce que malgré l’interdiction, il défilera le 1er mai sur l’avenue interdite, des élus de l’opposition de l’Assemblée Constituante décident à leur tour d’aller défier les autorités en se rendant ce jour même, mardi 10 avril  de la statue d’Ibn KHALDOUM, jusqu’au ministère de l’intérieur, on exige une commission d’enquête, le président de la République Moncef MARZOUI intervient et dit regretter les violences d’où qu’elles viennent, la situation se tend, le gouvernement comprend qu’il y a là un piège qu’il doit éviter à tout prix.

 

C’est fait ! Le conseil des ministres du mercredi 11 avril décide d’annuler la décision tant contestée, crée une commission pour enquêter sur les violences du 9 avril que certains appelleront de façon un peu exagérée « le lundi noir »…

 

L’annulation de l’interdiction de manifester va dans le sens de la mesure et de la responsabilité. Mais au-delà de cette disposition, les nombreuses autres décisions de ce gouvernement comme les prises de position du Président de la République, du Premier ministre, des ministres,  les déclarations du leader du parti majoritaire ENNHADHA, font présumer une  volonté de conduire à son terme le processus démocratique, dans un souci d’unité nationale, sans chercher à se retrancher derrière la majorité pourtant acquise de façon incontestable par les urnes.

 

Ainsi, le 25 mars 2012, Rached GHANNOUCHI, a rejeté clairement le salafisme, tel qu’il s’exprime aujourd’hui en Tunisie, estimant qu’il ne correspond pas aux traditions pacifistes du pays et  qu’une dimension terroriste n’est pas à exclure. Le leader islamiste a condamné fermement les appels aux meurtres lancés contre les juifs tunisiens « qui ont le droit de vivre en Tunisie », les agressions perpétrées contre les hommes de théâtre, l’appel au meurtre lancé contre Beji Caid ESSEBSI Premier ministre de transition après le départ de Ben ALI, à qui il a rendu un hommage appuyé, pour avoir organisé des élections libres et pour avoir dirigé le pays alors qu’il était dans une situation délicate. Rached GHANNOUCHI a en outre assumé la non introduction de la Charia dans la constitution tunisienne, afin a-t-il précisé de ne pas connaître les situations malheureuses vécues par certains pays, qui se sont trouvés confrontés à des guerres civiles, après l’avoir adoptée.

 

Alors qu’Habib BOURGUIBA fut un adversaire farouche des islamistes qu’il combattit sans merci avec la dernière énergie, le Président de la coalition au pouvoir, Moncef MARZOUKI (centre gauche) devait le 6 avril 2012, à l’occasion de la commémoration du 12ème anniversaire de sa mort, présider une cérémonie organisée à Monastir, au mausolée de l’ancien président, où il a déposé une gerbe de  fleurs et a récité la Fatiha en sa mémoire.

 

La situation de la femme,  sujet très sensible en terre d’Islam, est abordée avec autant d’ouverture d’esprit. Sihem BADI qui a été nommée à la tête de ce ministère,  est  une femme de son temps, qui fait preuve de pragmatisme et d’une grande intelligence dans l’exercice de sa fonction, cherchant à concilier tradition et modernité. Elle a fait publier le 7 avril 2012 un communiqué, dans lequel elle recommande en particulier de bannir le niqab « ou tout ce qui peut entraver le processus éducatif » Elle a demandé que les enfants « soient protégés de  tout ce qui peut les empêcher d’avoir une activité normale, d’aller à l’école et de bénéficier des acquis de la civilisation moderne. » Le communiqué ajoute que cette décision intervient « en réaction à la multiplication de certains phénomènes étrangers qui entravent l’éducation des plus petits, en voulant les exclure de certaines activités physiques ou artistiques. » Notons que Sihem BADI ne porte pas le voile, ce qui montre bien la volonté de ce gouvernement, qualifié d’islamiste, de laisser à chacun de ses citoyens la liberté de ses choix. 

 

Ces prises de positions, et bien d’autres encore, que l’on peut observer quotidiennement depuis la formation du gouvernement issu des élections d’octobre 2011, montrent que l’on ne peut de bonne foi contester qu’aujourd’hui, l’exécutif tunisien recherche la cohésion et l’unité nationale, seul moyen de diriger le pays vers l’instauration d’un régime démocratique stable et irréversible.

 

Il ne fait guère de doute que ces décisions marquées au sceau du bon sens sont de nature à faire prendre conscience à l’opposition qu’elle a aussi une responsabilité éminente dans cet important enjeu, celle de sa participation à la construction d’une démocratie exemplaire, comme l’a été la Révolution.

 

Ce sera pour l’opposition la meilleure façon de se préparer à l’alternance, qui sera la seule véritable preuve de ce que la Tunisie est devenue une démocratie à part entière.

 

L’avenue Habib BOURGUIBA ne doit alors pas être une entrave, que chacun chercherait à utiliser contre l’autre pour le faire chuter. Cette avenue chargée de toute l’histoire de notre pays, doit pouvoir ajouter à tous ses titres, le plus prestigieux d’entre eux, celui de faire qu’elle soit la voie de la concorde entre tunisiens de toutes conditions, de toutes sensibilités, et de toutes confessions.

Repost 0
Published by gpancraz
commenter cet article
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 09:58

Lorsqu’elle est au calme, Nathalie ARTHAUD est une belle femme, ses traits sont fins, ses yeux pétillent d’intelligence, il se dégage de son visage une beauté profonde que rien ne vient contrarier et qui est mis en valeur par une absence totale d’artifices cosmétiques. Sa coupe de cheveux, sans grand attrait, vient compléter son allure générale, celle d’une femme moderne et sportive.

 

Plaire par son physique n’est vraiment pas sa préoccupation première, contrairement à la plupart de ses congénères.  Elle se vêt du jean réglementaire, qui paraît dans son cas d’espèce incontournable, d’un méchant pull ou au mieux d’une marinière, et au premier coup d’œil on voit vite que ce que l’on appelle trivialement « la sape » si importante pour la plupart des femmes, quelles que soient leurs conditions sociales, est vraiment le cadet de ses soucis.

 

C’est une beauté à l’état pur et lorsqu’on la regarde, il se dégage un charme certain, indéfinissable pourrait-on dire, si cette expression n’avait pas été tant galvaudée. On n’est pas étonné d’apprendre qu’elle est agrégée de l’enseignement secondaire, elle a en effet l’attrait de l’intellectuelle au bon sens du terme, qui ne cherche pas forcément à s’encanailler. Au bout d’un certain temps, il arrive qu’elle sourit, on se rend compte alors qu’elle a un très joli sourire. On peut alors vraiment dire que. Nathalie ARTHAUD est belle, oui en effet elle est très belle.

 

Nathalie ARTHAUD est belle, et même très belle, tant qu’elle ne parle pas…de politique. Peu importe le fond de ce qu’elle dit, ce n’est pas le problème, ce n’est pas ce qui est en cause. Coupez le son, conservez l’image et vous verrez par vous-même. La bouche se tord, dans tous les sens, de façon à peine croyable, de la façon la plus extravagante qui soit, elle exprime la colère extrême, l’indignation absolue, la rage, mais aussi, et c’est peut-être ce qui la rend plus laide encore, la méchanceté. Ses yeux sont alors remplis de violence, elle ne joue pas, elle croit en ce qu’elle dit, elle est prête à tout pour ses idées, à tout, c’est en tout cas l’impression qu’elle donne, ses convictions se trouvent au-dessus de tout, par-dessus tout, rien ne pourrait l’infléchir, atténuer son propos, la tempérer, non rien , ses convictions sont ses idoles, son Dieu, elle y croit plus qu’à tout, plus qu’à elle-même, elle est prête à tout leur sacrifier, rien à voir avec un Philippe POUTOU qui dit à peu près la même chose, mais qui reste lui-même, sympathique, tranquille, voire pépère, avec son petit sourire qui nous rassure et qui donne envie qu’on l’aide.

 

Non, Nathalie ARTHAUD ne joue pas, ne plaisante pas, ne rigole certainement pas, en tout cas pas avec ça. Et si on remet le son, on voit « pour de bon » qu’elle ne plaisante pas, les grands patrons devront aller en prison, la dictature, certes du prolétariat, sera à l’honneur, mais la dictature tout de même, interdictions, condamnations, la haine à l’état pur, peut-être même de la méchanceté, celle qui enlaidit qui fait d’une belle femme un monstre, elle fait peur la Nathalie, oui elle fait peur au sens strict du terme.

 

Et on s’interroge alors ou plutôt on frémit, mais comment une femme si hargneuse, si peu mesurée, si manichéenne, si absolutiste, si horrible, comment fait-elle avec ses élèves, car cette femme enseigne n’est ce pas ? Elle nous rassure alors, « dans mon travail je suis différente, je mets des notes même si je n’aime pas cela, je fais tout comme il faut. » Et là, comme par magie, son visage s’illumine, de cruels ses yeux retrouvent leur douceur, sa bouche sourit, elle redevient belle, oui elle est belle lorsqu’elle ne parle pas de politique la Nathalie.

Nous vivons là en quelque sorte le sacrifice d’ABRAHAM, père commun des croyants de toutes les religions monothéistes,  que Dieu, son Dieu à elle, qui comme tous les dieux, infiniment bon et miséricordieux  a voulu épargner, en récompense de son sacrifice, le plus grand pour une femme, être laide alors qu’on est belle.

Repost 0
Published by gpancraz
commenter cet article
11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 11:03

 

Une information parue dans la très sérieuse revue Géopolitic-News-Institute nous apprend qu’il a été découvert, perdue dans l’est de l’Afrique, une tribu composée aujourd’hui de seulement quelques indigènes, dont on ignorait jusqu’à ce jour l’existence, qui se transmettent depuis des millénaires, par tradition orale, l’histoire de leur pays, un pays étrange, tellement étrange, que certains se sont même demandés, malgré les conclusions des savants les plus éminents qui en ont accrédité l’authenticité, si ce pays a vraiment existé.

 

Selon les experts les plus avisés, une société évoluée et égalitaire s’y était bien développée, différente de celles que l’on pouvait trouver alors dans les autres pays à cette même époque.

 

Mais  sans que l’on sache vraiment pourquoi, il se trouvait que les femmes qui la composaient dominaient la gente masculine, pour laquelle elles n’avaient que peu de considération.

 

Malgré tous les efforts effectués par les autorités pour faire disparaître cette singularité, ou à tout le moins pour tenter de l’atténuer quelque peu, la domination des femmes sur les hommes persistait, et l’on en était venu à se demander si en définitive les uns comme les autres et en premier lieu les hommes, aussi curieusement que cela puisse paraître, ne s’accommodaient pas de cette situation, que l’on disait somme toute, conforme à la nature du monde.   

 

Les chercheurs établirent que dans cette société dans laquelle la place de l’homme était donc des plus réduite, les femmes, avaient une autre singularité, qui était d’entretenir de nombreuses liaisons amoureuses ou seulement charnelles, dans le cadre de mariages ou/et de concubinages multiples. On raconte à cet égard l’histoire de l’une d’entre elles, qui eut sa vie durant, jusqu’à plusieurs centaines de concubins et qui fut écartée du pouvoir auquel elle prétendait, tant cette assuétude, sans être considérée en soi condamnable, aurait pu la contrarier dans l’exercice de ses responsabilités.

 

Il faut savoir en effet que les habitants de ce pays, aux mœurs si peu ordinaires, s’étaient pourvus aux dires de leurs descendants, d’une loi fondamentale composée de deux articles, qui prévoyaient l’élection périodique, d’une Chef ou d’un Chef, (même si dans les faits cette seconde hypothèse ne s’est  jamais réalisée) détenant tous les pouvoirs, et qui précisaient que les prérogatives dont elle jouissait, devaient être exercées dans un souci « d’égalité de solidarité et de probité ».

 

Plusieurs incidents ou évènements, recueillis par les savants auprès des indigènes dont s’agit,  et publiés par la célèbre revue, tendent à démontrer, sans qu’il soit possible à l’heure actuelle d’en contester la véracité, qu’une telle société a bien existé. 

 

-Une Chef qui sollicitait le renouvellement de son mandat et qui fut interpellée sur sa vie en place publique, imputa fort peu galamment à son deuxième époux, qualifié d’ingrat et d’insatisfait, le discrédit qu’on lui imputât pour avoir ripaillé et voyagé avec des gens de mauvaise compagnie, dans une auberge de grande renommée et sur un voilier de luxe. L’époux répudié dut s’exiler avec sa nouvelle compagne dans des pays lointains d’où jamais il ne revint. Pour clore l’incident, la Chef sortante annonça solennellement, que désormais, avec son troisième époux, rien de tel ne pourrait se produire, « car avec lui,  c’était du sérieux » selon l’expression qui équivalait semble-t-il à un serment. Le peuple en éprouva un vif soulagement, mais il ne lui renouvela pas sa confiance pour autant.  

 

-Un homme qui fut candidat à la chefferie, lors d’une précédente consultation et qui n’échoua que de peu à la victoire, ce qui pour un homme, comme on le sait, aurait-été tout à fait inédit, ne fit toutefois l’objet d’aucune reconnaissance de la part des siens, au motif qu’il avait été le premier concubin de celle qui sera lors du scrutin qui suivit, désignée pour être l’adversaire de la chef en titre. On dit que son deuxième concubin qui avait autorité sur elle, ne l’aurait pas supporté, même si après l’élection victorieuse de sa concubine à la chefferie suprême, elle ne put refuser qu’on lui accordât quelques honneurs. .

 

-Une autre candidate à la chefferie, estimant que la mixité était la cause de tous les problèmes de cette société, comme le montrent les péripéties que nous venons de citer, proposa que pour y mettre fin, l’on séparât les hommes des femmes et proposa, qu’au moins deux fois par semaine, l’on réservât les bains publics aux seuls hommes. Elle justifia, sa proposition par le fait qu’une telle mesure était déjà prévue pout les thermes d’eau chaude et ajouta, pour compléter sa démonstration, que selon certains voyageurs, ce type de problème avait été résolu dans des pays plus lointains, en recouvrant les hommes d’un voile obscur, qui pouvait aller jusqu’à leur dissimuler le visage. On raconte, sans que l’on ait pu en expliquer clairement les raisons,  que cette candidate ne se représenta plus à la chefferie.  

 

-Un autre candidat à la chefferie,  particulièrement réactionnaire, proposa de façon beaucoup plus radicale, de mettre fin à la gratuité de l’accouplement, qu’il soit le résultat du mariage ou du concubinage, ce qui selon lui était la cause de cette situation dégradée. Cette proposition eut pour effet de le faire traiter de semi-dément et autres qualificatifs de même nature par une candidate connue pour son franc parler et qui demanda même qu’on le condamnât à errer éternellement dans le désert des âmes perdues, ce qui pour les candidats à la chefferie était la sanction la plus grave.   

 

-Un candidat qui s’était mépris sur l’objet du débat, proposa que les hommes qui atteignaient le stade de l’andropause, puissent bénéficier d’une autre vie, pour les récompenser de leur constance. Il  a indiqué qu’il s’était porté candidat à la chefferie, justement pour faire lui-même la démonstration de ce que la chose était réalisable. Le récit rapporté précise qu’à la suite d’un accident, ce candidat était tombé sur la tête, ce qui expliquerait sa proposition pour le moins originale,  à laquelle il ne faudrait toutefois accorder aucun crédit.

 

Non ! Vraiment ! Un tel pays aurait-il pu exister ? On sait bien que dans la plupart des pays « évolués » seuls les hommes peuvent accéder à la fonction suprême. Margaret THATCHER ? Angela MERKELS ? Ce sont des exceptions. On dit  d’ailleurs de ces femmes, qu’elles sont de véritables hommes politiques ? Mais il est vrai que le pays dont parle l’éminente revue scientifique était très loin de notre degré d’évolution et de culture.

Repost 0
Published by gpancraz
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de gérard pancrazi
  • Le blog de gérard pancrazi
  • : Une analyse de l'actualité politique. une réflexion sur le monde
  • Contact

Recherche

Liens