Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 19:07

 

Aujourd’hui encore à Amiens, une professeure a été gazée en pleine classe, par un élève dissimulé sous une capuche. Coups de pied, coups de tête, gifles, insultes, jamais les agressions, les incivilités, contre ceux qui ont pour mission d’éduquer, n’ont eu une telle place au quotidien.

 

Prendre des coups, se faire tabasser fait désormais parti du job. Il en est d’ailleurs de même, maigre consolation,  pour les chauffeurs de bus, les pompiers les médecins, les « flics »...

 

Le ministre de l’Education Nationale a réagi. Il a dit que c’était « inacceptable ». Il a créé « un Observatoire » et « une Délégation ministérielle » contre les violences scolaires. Les énièmes organismes qui ont pour mission de faire un énième diagnostic ; un diagnostic connu de tous depuis longtemps.

 

Il est simple. Ceux qui sont devenus, par les aléas de la vie, des sauvageons ou des voyous, n’ont aucune raison de se conduire différemment lorsqu’ils franchissent l’enceinte d’un établissement scolaire.

 

Le problème de fond est un problème d’éducation, qui concerne essentiellement le milieu socio-familial dans lequel ils évoluent et qui dépasse le rôle alloué au ministère « de l’Education Nationale », chargé en réalité de l’instruction publique.

 

Les médias sont intervenus depuis longtemps dans cette éminente mission, directement comme c’est leur rôle, par la présentation de sujets spécifiques et indirectement selon  la ligne qu’ils adoptent pour le traitement de l’actualité.

 

Ils ont  en général offert une éducation standard, la plus noble qui soit, fondée sur la critique et la contestation, jugée idéale pour l’émancipation de l’enfant, conforme à nos valeurs.

 

Mais ce qui peut être positif dans un milieu familial équilibré -développer l’esprit critique- peut se révéler désastreux, dans un milieu déstructuré.

 

Yannick NOHA, personnalité préférée des français depuis de nombreuses années, en se présentant devant une commission parlementaire habillé « à la décontracté » et avec un chapeau sur la tête, va donner à un adolescent en recherche de repères un exemple détestable, lui laissant croire que l’irrespect envers l’autorité est une attitude correcte.

 

Le gentil ZIZOU, sans bien sûr l’avoir voulu,  a certainement  plus contribué à la violence scolaire, que n’importe quelle situation sociale dégradée dans laquelle certains jeunes peuvent se trouver. Par son coup de tête sur un autre joueur, en finale de la coupe du monde de football, il a montré au monde entier, qu’un individu pouvait se faire sa propre morale sur les valeurs de la société dans laquelle il vit et l’imposer à tous en se faisant justice à lui-même. Personne ou presque n’a été choqué et de nombreuses voix se sont élevées pour rendre hommage à cet acte de bravoure. « L’autre avait insulté sa sœur »…

 

Il s’est ainsi créé, sans qu’on l’ait recherché, un état d’esprit « rebelle » de bon aloi. Et on en est arrivé à ce que celui qui conteste son professeur, au nom de valeurs personnelles, a plus de chance d’être entendu que celui qui lui obéit, plus de chance d’être admiré ou craint par les autres élèves, plus de chance d’être soutenu par des parents qui observent une société dans laquelle la transgression de l’autorité domine.

 

Substitution de l’éducation individuelle par des standards pas toujours adaptés, déresponsabilisation des individus au profit d’une responsabilité collective, celle de la société, expliquent pour une large part cette violence scolaire, devenue violence ordinaire.   

Partager cet article

Repost 0
Published by gpancraz
commenter cet article

commentaires

342républiquedesclans5521 21/03/2017 18:45

Quand les voyous estiment pouvoir faire usage de la violence en lieu et place de l'Etat (seul dépositaire de la violence légitime)le nécessaire travail d'éducation & d’enseignement ne peut plus être réalisé.Il reste alors quelque chose qui s'apparente à la barbarie,à la délinquance généralisée,à la voyoucratie.L'Etat maintient l'ordre nous assure-t-on en interdisant par exemple aux enseignants de participer à la campagne présidentielle (dans l'Académie de Lille)contre tous les principes fondateurs de la démocratie.L'Etat serait bien inspiré de permettre aux personnels d'éducation de remplir correctement leurs missions de service public sans être soumis aux menaces & injonctions des voyous.Oui à l'éducation nationale pour tous dans l'Etat de droit et non pas hors de l'Etat de droit !

Présentation

  • : Le blog de gérard pancrazi
  • Le blog de gérard pancrazi
  • : Une analyse de l'actualité politique. une réflexion sur le monde
  • Contact

Recherche

Liens