Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 11:33

Un article publié dans l’Expresse.fr ce 11 janvier, nous apprend que la première dame a assigné à nouveau en diffamation les journalistes auteurs du livre "La Frondeuse", leurs avocats ayant soulevé une fin de non recevoir, susceptible, de mettre en péril la régularité de la procédure.

Il est dommage que sa légitime colère retombée, la Première dame n’ait pas profité de cette opportunité pour abandonner les poursuites.

Imagine-t-on un instant l’effet que pourrait avoir un communiqué de l’Elysée, indiquant que Valérie Trierweiler a décidé de mettre fin aux procédures en cours, engagées pour les atteintes portées contre sa personne par voie de presse ou par toute autre publication et que désormais, elle n’engagera plus de poursuites sur ce fondement, pas plus qu’elle ne publiera de communiqué.

Il est sûr que le sacrifice de sa fierté et de son honneur sur l’hôtel de l’intérêt supérieur de la raison d’Etat, réduirait considérablement la portée de toute allégation malveillante à son endroit. Cela changerait radicalement l’image de la Première dame aux yeux des français et je tiens le pari que les enquêtes d’opinions nous le montreraient rapidement.  

Obtenir une condamnation contre ceux « qui ont porté atteinte à son honneur et à sa dignité » est peut-être pour une victime ordinaire une satisfaction, pas pour la Première dame qui doit-être au dessus de ces contingences car elle n’est pas une citoyenne comme les autres.

Après avoir beaucoup résisté, elle a d’ailleurs fini par l’admettre.

. 

Elle a reconnu qu’elle avait un « rôle » à assumer (Le Monde des 16 et 17 décembre 2012) et à l’occasion du voyage d’Etat effectué en Algérie, elle a confié aux élèves d’un lycée qu’elle visitait, qu’être la compagne du chef de l’Etat, c’était: « Perdre un peu de sa liberté et abandonner un peu de ce qui est soi-même.»

 

« Abandonner un peu de ce qui est soi même », c’est elle qui le dit. Elle doit maintenant en tirer toutes les conséquences et aller plus loin que la seule mise en sommeil de son activité professionnelle en jetant un voile sacrificiel, sur les blessures d’amour propre qu’elle a subi et qu’elle ne manquera pas de subir encore.

 

D’autant que compte tenu de sa position de force, réelle ou supposée, toute attaque transformera vite les mis en cause en victimes. Trop de monde est persuadé que le  combat est inégal, qu’elle dispose d’un pouvoir d’influence au moins tacite. Une victoire judiciaire serait même contre-productive.  

 

Oui, c’est justement parce que n’étant plus elle-même et qu’elle est, ou qu’elle n’est plus que  la femme de César, qu’elle doit accepter de tout subir pour sa seule gloire. C’est ainsi et c’est paradoxalement à ce prix qu’elle sera irréprochable aux yeux des français.

Partager cet article

Repost 0
Published by gpancraz
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de gérard pancrazi
  • Le blog de gérard pancrazi
  • : Une analyse de l'actualité politique. une réflexion sur le monde
  • Contact

Recherche

Liens