Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 16:56

 

Par Eric SEYDOUX

 

1- Une personnalité ambiguë 

 

Pourquoi vouloir à tout prix ressembler à un autre, si grand soit-il, d’un autre temps, d’un autre monde, au détriment de soi-même, de sa propre nature, de sa propre vérité.

 

Que s’est-il donc passé dans la tête de François HOLLANDE pour en être ainsi arrivé à se convaincre, que pour affronter l’épreuve suprême, il devait se créer une personnalité faite d’artifices, de mimiques, de faux semblants, d’intonations contenues dans d’interminables discours, prononcés un ton au dessus dans le souci d’éluder le procès dévastateur en manque d’énergie.

 

Mimétisme ? Volonté délibérée d’imiter son mentor ? Allez savoir, mais exercice   dévalorisant pour son auteur, qui marque ainsi sa défaillance dans la maîtrise de son instinct ou qui joue un piètre jeu de rôle, dans le cadre d’une stratégie préétablie, ce qui est pire.   

 

 

2- Un discours ambigu

 

Ne pas savoir attendre, ne pas  « donner du temps au temps » (…), succomber à la pression, lancer dans l’urgence des propositions incomplètes, tronquées,  non crédibles, annoncer d’ores et déjà, alors que c’est toujours la première annonce qui compte, un accroissement des dépenses, pour l’éducation, pour la croissance, pour la sécurité, annoncer un rétablissement de l’équilibre budgétaire,  annoncer le remboursement de la dette…rien que cela, et tout cela au seul moyen d’une grande réforme fiscale, c'est-à-dire payée par la classe moyenne, celle  qui fait l’élection, et tout cela sans dire lesquels paieront, combien ils paieront, créant ainsi l’incertitude, l’inquiétude, l’angoisse, ce qui en politique, l’histoire nous l’a tant enseigné, constitue le risque majeur, la seule faute qu’il  faut savoir ne pas commettre.

 

 

3- Des alliés ambigus

 

Martine AUBRY l’ignore par un pesant silence, elle s’est gardée de se mettre en congé de parti le temps de la campagne, elle neutralise ainsi le moteur principal du candidat, elle devient un handicap, ce dont elle se fiche comme d’une guigne… Arnaud MONTEBOURG ne cherche pas à l’épargner, il n’est pas sa préoccupation première rappelant au passage que le parti socialiste a lui aussi « ses affaires »… Benoît HAMON joue tranquillement dans son coin sa petite musique et laisse entrevoir sa différence… MELENCHON le tacle sévèrement, justement à l’endroit où il a déjà été blessé, au risque de le mettre hors du jeu définitivement, sans le moindre scrupule et sans susciter autre chose que de vagues protestations pires que de l’indifférence … Eva JOLY s’évertue avec talent, à faire fuir les électeurs les plus modérés, ceux justement qui in fine feront tout basculer d’un côté ou de l’autre, en foulant aux pieds chaque semaine un symbole de la République,  proposant dans le même temps à François BAYROU un accord de désistement (!) alors même que jugé trop à droite, il venait d’être écarté par le candidat socialiste, tout cela sous le regard indifférent d’ EELV, que les incohérences dévastatrices de leur candidate laissent de marbre, ayant été grassement servis voilà déjà plusieurs semaines...

Partager cet article

Repost 0
Published by gpancraz
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de gérard pancrazi
  • Le blog de gérard pancrazi
  • : Une analyse de l'actualité politique. une réflexion sur le monde
  • Contact

Recherche

Liens