Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 11:15

Pour Nicolas SARKOZY, la situation devient intenable, les positions se figent de plus en plus, alors qu’il espérait voir, à partir de fin janvier, un mouvement se dessiner en sa faveur. Il n’a pas eu lieu, François HOLLANDE ne perd pas un pouce de terrain et demeure le favori, Nicolas SARKOZY n’en gagne pas et ne semble pas susciter, contrairement à 2007, un quelconque engouement dans l’opinion.

 

Il ne peut vraiment plus attendre. Il dispose d’un mois pour tenter d’inverser le cours des choses. Passé ce délai et si rien ne bouge, on commencera alors à assister aux premiers mouvements « d’indécis » vers le candidat en situation de l’emporter, ce seront les premières défections,  signe annonciateur de ce que quelque chose est en train de se passer.

 

Pour Nicolas SARKOZY, il n’est donc plus temps de tergiverser.

 

Ce devrait-être cette semaine, on parle du mercredi 15 ou du jeudi 16 février. Le premier meeting aurait lieu le dimanche qui suit à Marseille.

 

Les dates et le lieu ne sont pas choisis au hasard, ils entrent dans la stratégie adoptée.

 

La stratégie est la même que celle qui a si bien réussi en 2007, proposer, aux électeurs qui s’orientent vers un vote Marine LE PEN, une politique qui corresponde à leurs aspirations. Il va l’accélérer et l’amplifier en misant sur le fait qu’ainsi, pour la plupart, ils ne choisiront pas « la politique du pire » en faisant élire le candidat socialiste.

 

La date du meeting d’ouverture de la campagne, se situe au lendemain du jour où Marine LE PEN sera invitée, CSA oblige, à l’émission de télévision, « On n’est pas couché » qui devrait réunir plusieurs millions de téléspectateurs. Outre que cette émission est très regardée, on sait qu’elle a été marquée depuis des années par le comportement bravache de son  animateur Laurent RUQUIER qui a toujours affirmé à propos de Marine LE PEN qu’il ne la recevrait jamais, comme précisait-il, il n’avait jamais reçu le père. Mais à la différence des autres animateurs ou journalistes qui ont eu cette position, il s’est montré à toute occasion inutilement insultant à son endroit, pensant peut-être qu’il n’aurait jamais eu à l’affronter sur son plateau.  

 

Quant au lieu, si c’est bien Marseille, elle est dans la même logique, c’est en quelque sorte la capitale de l’immigration d’origine maghrébine et aussi, avec sa région, le lieu où le Front National fait ses meilleurs scores et dont Jean-Marie LE PEN est l’élu.

 

Nicolas SARKOZY pourra ainsi espérer, dans un contexte géographique et médiatique approprié, reprendre la main. Ce sera certainement un moment important de sa campagne.

 

Si rien n’est jamais définitivement bouclé et si d’aucuns pourraient même penser qu’une telle entrée en campagne pourrait faire la part trop belle au Front National, cette stratégie est certainement dans le droit fil de ce qui a désormais été décidé, aller vers les électeurs du Front National, mais sans pour autant faire fuir ceux de la droite modérée.

 

Les petites phrases de ces derniers jours de Jean-Louis BORLOO, d’Henri GUAINO et de François FILLON, montrent que la voie est particulièrement étroite, mais il n’y en a pas d’autre. On comprend mieux maintenant le peu d’empressement du candidat pour s’y engager.

Partager cet article

Repost 0
Published by gpancraz
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de gérard pancrazi
  • Le blog de gérard pancrazi
  • : Une analyse de l'actualité politique. une réflexion sur le monde
  • Contact

Recherche

Liens