Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 07:36

Jean-Luc MELENCHON dont on attendait, après un score très honorable à la présidentielle qu’il se concentre sur un accord avec le parti socialiste pour permettre à son mouvement d’avoir le plus d’élus et à la gauche toute entière de gagner le plus largement possible les élections législatives, ne rêve que d’un duel avec Marine LE PEN. Il envisage à cette fin de se présenter contre elle à HENIN BEAUMONT.

 

Si le leader du Front de Gauche, par son talent oratoire a pu réunir autour de lui les nostalgiques de l’extrême gauche marxiste et trotskyste en déshérence, en l’absence de leurs portes drapeaux charismatiques, sa stratégie anti Marine LE PEN qui a fini par être l’axe principal de sa campagne n’a pas été payante. Il n’a pas empêché sa rivale déclarée, de faire le meilleur score jamais réalisé par son parti. Il semble même que ses attaques ont eu pour effet de faire remonter la responsable du Front National, à un moment où elle est apparue en difficulté , lui même ne devant tirer aucun profit de sa stratégie agressive et inutilement brutale.

 

Fonder une politique sur des slogans tels que « Le fascisme ne passera pas » ou pourquoi pas  « OAS-SS », ou sur des comparaisons hasardeuses avec Pétain et Laval, n’a pas plus de sens que l’invocation des croisades par les islamistes radicaux pour justifier l’anti occidentalisme.

 

Jean-Luc MELENCHON se trompe et il semble qu’il veuille persister dans cette voie. Il n’est en premier lieu pas du tout sûr qu’une telle confrontation tourne à son avantage. Les évènements récents montrent que l’on ne doit jamais sous estimer un adversaire. Battue Marine LE PEN qui le serait seule contre tous, ne subirait en termes de prestige aucun préjudice. Battu, Jean-Luc MELENCHON, qui bénéficierait en outre de l’appuie de la droite, aurait du mal à s’en remettre. Sa voix si forte et si assurée deviendrait totalement inaudible.

 

Au plan général, il n’est pas sûr non plus que le Front de Gauche puisse retrouver aux législatives le score des présidentielles. Les écologistes qui ont voté en masse pour lui, en présence d’une candidate par trop kitsch, n’ont aucune raison de ne pas retourner au plan local vers leurs candidats habituels. Et on peut penser qu’il en sera de même pour le NPA et LO.

 

Plus grave, en donnant à la confrontation qu’il envisage un tour pugilistique, Jean-Luc MELENCHON affaiblira inévitablement en termes d’image la gauche socialiste avec laquelle il se trouve associé d’une façon ou d’une autre.

 

L’antilepénisme, pas plus que l’anticommunisme ou l’anticapitalisme, ne permet de  bâtir une politique crédible. A tort ou à raison, le parti de Marine LE PEN n’inquiète pas les français au point qu’ils se constituent, pour le combattre,  en des comités de salut public sous la houlette de Jean-Luc MELENCHON.

 

Jean-Luc MELENCHON se trompe de stratégie, d’adversaire et même d’époque. A moins que sa position ne dissimule en réalité une absence de propositions crédibles en présence d’un partenaire qui accède aux responsabilités, avec en plus le risque bien plus grave, qui est celui de finir par lasser.      

Partager cet article

Repost 0
Published by gpancraz
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de gérard pancrazi
  • Le blog de gérard pancrazi
  • : Une analyse de l'actualité politique. une réflexion sur le monde
  • Contact

Recherche

Liens