Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 07:06

 

Sénateur, ministre, député européen, Jean-Luc MELENCHON connaît la musique.

 

Il sait comment fonctionne l’économie d’un pays, il sait que la richesse d’un pays n’est pas une manne qu’il suffit de se répartir, il connaît la relation SMIC /compétitivité des entreprises, il sait que pour pouvoir embaucher il faut pouvoir licencier, il sait que tout créateur d’entreprise a le choix du lieu de sa création, il sait qu’à qualification égale le coût du travail varie de 1 à 10 de par le monde, il sait que l’ouverture des frontières ne résout aucun des problèmes liés à l’immigration, il sait que dans un Etat de droit on ne peut s’accaparer du bien d’autrui, il sait que le blocage des loyers ou/et l’interdiction des expulsions, est plus néfaste que profitable au problème du logement, il sait qu’un impôt confiscatoire fait s’enfuir ceux qui le paient, il sait que la taxation des valeurs mobilières est une chimère, il sait que la nationalisation est  la pire des solutions, il sait que les dépenses ne peuvent indéfiniment être supérieures aux recettes, il sait que l’on doit rembourser lorsque l’on a emprunté, il sait qu’en France,  rien ne peut se faire, qui ne tienne compte de ce qui se passe ailleurs, comme il sait que l’on pourrait poursuivre cette litanie jusqu’à l’infini et qu’il en sera ainsi tant que le monde sera monde et qu’il fonctionnera dans une économie mondialisée de type libéral.

 

Jean-Luc MELENCHON sait tout cela, il le sait parfaitement bien et pourtant  il continue...

 

De préconiser des mesures qui  ne peuvent s’entendre que dans une économie dirigée de type marxiste, dont il ne propose toutefois pas l’avènement, du moins ouvertement.

 

D’affirmer  qu’il suffit de taxer, d’augmenter, de bloquer, de spolier, d’interdire, de confisquer, pour que tout s’arrange.

 

De s’opposer à la politique du gouvernement, avec la verve qu’on lui connaît, tout en invitant à voter tous ses projets.

.  

D’attaquer vivement le président, au point d’être perçu comme son premier opposant, tout en se revendiquant de sa majorité…

           

Lassé, le Premier ministre  l’a renvoyé sèchement à ses vacances chez Hugo CHAVEZ,  lui a rappelé qu’il n’a « même pas pu » se faire élire député et lui a infligé un cinglant « manque de lucidité. »

 

Doux euphémisme, pour ce trublion de la politique, que l’on se dispute dans toutes les émissions de télévision et dont on ne peut plus désormais se passer. C’est peut-être cela l’essentiel, au moins pour lui. Mais ne bascule-t-on pas alors dans l’imposture ?

Partager cet article

Repost 0
Published by gpancraz
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de gérard pancrazi
  • Le blog de gérard pancrazi
  • : Une analyse de l'actualité politique. une réflexion sur le monde
  • Contact

Recherche

Liens