Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 07:49

 

Jean-Luc MELENCHON a réussi le tour de force de réunir sous sa houlette l’ensemble des forces d’extrême gauche et des écologistes, qui jusqu’à présent se trouvaient éparpillées au sein de mouvements « hors système », réticents pour apporter leur voix à ceux qui ne constituent au mieux qu’un pis-aller du grand capital, sans compter les nombreux abstentionnistes à qui il a redonné par sa seule verve le goût de la politique.

 

Il les fait rêver, il leur promet qu’avec leurs seuls  bulletins de vote ils vont pouvoir changer la face de la France, de l’Europe et du Monde.

 

Il leur fait en plus le spectacle, une sorte de comédie burlesque à laquelle ils viennent  assister, souvent en famille, pour se redonner un moral qui fait cruellement défaut par les temps qui courent. Ils délaissent par la même les Besancenot, Laguiller, Poutou, Artaud, Joly, les uns comme les autres d’une tristesse infinie, ennuyeux à mourir, désespérants, affligeants, ne parlant que de détresse, de misère, avec comme perspective finale pour certains, tenez vous bien, la révolution prolétarienne…

 

Alors ils se ruent tous dans ses meetings pour vibrer, pour rire, pour espérer, pour chanter l’Internationale le poing levé, comme au bon vieux temps pour les plus anciens. Le discours est simple, simpliste même : il n’y a pas de crise, ce pays est l’un des plus riches au monde, il suffit par conséquent, de prendre l’argent là où il se trouve, à savoir chez les riches qui le détiennent abusivement et de le restituer aux plus pauvres qui en sont injustement dépourvus…

 

Ajouter à cela un véritable talent oratoire, et cela fait 15%.

 

Et puis après le premier tour il y a le second tour. La logique simple et efficace : voter François HOLLANDE et contribuer à le faire élire.  

 

On peut alors être surpris, qu’un homme politique aussi avisé qu’un président de la République sortant, se félicite de la percée de Jean-Luc MELENCHON, qui a pour vocation naturelle « d’apporter » ses suffrages à son adversaire principal.

 

Mais à y regarder de plus prés, et au train où vont les choses, à raison de 2% de progression par sondage, rien n’interdit d’imaginer, ce que le leader du Front de Gauche évoque régulièrement dans ses meetings avec de plus en plus d’insistance : qu’il dépasse sur le fil le leader du parti socialiste, qui serait ainsi relégué à la troisième place au premier tour de scrutin.

 

Oui, la gauche de la gauche, peut-être même la gauche tout court a désormais un chef véritable qu’elle vénère, qui a du muscle, de la voix, de la gueule, une sorte de Bernard TAPIE qui avec sa gouaille et sa tchatche, écrabouilla en son temps le trop intelligent Michel ROCARD.

 

Et ne serait-ce pas là en réalité le calcul de Nicolas SARKOZY, une sorte de 22 avril à l’envers, mais côté challenger. MELENCHON au second tour confronté au candidat de droite ! On aurait alors là l’explication du soudain engouement du chef de l’Etat pour l’ancien sénateur socialiste.    

Partager cet article

Repost 0
Published by gpancraz
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de gérard pancrazi
  • Le blog de gérard pancrazi
  • : Une analyse de l'actualité politique. une réflexion sur le monde
  • Contact

Recherche

Liens