Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 17:33

 

 

François BAYROU sait désormais qu’il ne pourra pas avoir de destin solitaire. Après avoir balancé entre l’UMP et le PS, il est maintenant convaincu que son avenir électoral, comme celui des siens est avec la droite.

 

La droite au sens large a depuis toujours été sa famille politique, c’est avec elle qu’il a gouverné, c’est avec elle qu’il est engagé électoralement. Elle est compatible avec sa base électorale, composée de démocrates sociaux, historiquement distincts de la droite gaulliste, et aussi et de plus en plus, d’écologistes modérés.

 

Il ménage désormais Nicolas SARKOZY, il ne considère plus l’UMP comme un parti hégémonique et totalitaire, et ces derniers voient en lui un allié naturel.

 

Il a dénoncé le projet du parti socialiste comme totalement inapplicable dans la situation de crise que connaît le pays, François HOLLANDE de son côté l’a écarté sans ménagement de tout destin politique commun, l’aile gauche du parti et plus encore l’allié Front de Gauche, n’accepteraient de toute façon pas une telle compromission.

 

Il est la dernière solution d’un président actuellement en « perspective négative », selon les  agences de notation et les instituts de sondages, qui ne pourra siphonner deux fois une même eau, exposé à tous les coups, face à un paysage désespérément vide, au gré de l’actualité nationale et internationale ce qui le rend particulièrement fébrile.

 

Un président trop absorbé par les présidentielles, qui ne pense pas assez que par-dessus tout et juste après il y a les législatives, qui pèsent infiniment plus tant pour un François BAYROU qui a fini de croire au père noël que pour les cadres du MODEM qui attendent impatiemment leur tour, que pour les députés sortants que pour les nombreux présidentiables de son propre camp qui savent que rien ne peut se faire sans elles.

 

Et si l’on ajoute au risque de voir les électeurs de Marine LE PEN se maintenir dans de très nombreuses circonscriptions, la désintégration en vol de Jean-Louis BORLOO, l’affaiblissement du Nouveau Centre, l’absence de crédit d’Hervé MORIN,  on ne voit pas très bien comment sans un accord MODEM - UMP,  le parti socialiste très implanté dans l’ensemble des collectivités locales, ne l’emporterait pas dans la très grande majorité des  circonscriptions, y compris même dans l’hypothèse ou le leader de la droite l’emporterait à l’élection suprême, ce qui est de plus en plus improbable selon les analyses d’opinion.

 

François BAYROU est sûr d’une chose, il ne veut plus entreprendre de nouvelle traversée du désert. Il sait que pour cela, il doit avoir un groupe solide à l’Assemblée Nationale, qu’il soit partie à une majorité gouvernementale ou dans l’opposition.

 

Un accord BAYROU - SARKOZY est à l’évidence incontournable. Il n’existe pas d’autre issue. On a parlé, le cas échéant de BAYROU à Matignon, tout est possible, en quelque sorte un remake à l’envers de l’épisode GISCARD – CHIRAC.

 

Ce sont les évènements qui l’ont conclu, ce sont eux qui pourront le faire évoluer ou le défaire, sans même que les intéressés aient à le formaliser ou à le dénoncer. Il y va de leur intérêt, chacun ayant besoin de cet accord qui ne fait aujourd’hui aucun doute, quelle que soit l’empathie de l’un envers l’autre.

Partager cet article

Repost 0
Published by gpancraz
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de gérard pancrazi
  • Le blog de gérard pancrazi
  • : Une analyse de l'actualité politique. une réflexion sur le monde
  • Contact

Recherche

Liens