Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2012 6 12 /05 /mai /2012 05:40

 

A l’exception de ses partenaires communistes, la classe politique a été surprise par la candidature de Jean-Luc MELENCHON à HENIN-BEAUMONT et de son intention d’aller « défier Marine LE PEN dans son fief en un combat homérique. »

 

En poursuivant une stratégie qui a été l’axe principal de sa campagne présidentielle, le président du Front de Gauche donne à son combat une tournure obsessionnelle qui risque de le desservir. Son style sans nuance, son arrogance, parfois même sa brutalité dans le propos, face à une femme fut-elle du Front National, s’ils sont appréciés par ses militants les plus aguerris, ne le seront peut-être pas par un électorat modéré, dont les voix lui seront nécessaires pour espérer l’emporter lors d’un second tour.*

 

Le chantre de la dictature cubaine qui laisse mourir ses opposants politiques en prison et de la Chine dans son combat contre le peuple tibétain, aura du mal à convaincre les électeurs de l’UMP et du MODEM, que dans un deuxième tour il faudra voter pour lui, pour sauver la démocratie contre le péril fasciste qui est à nos portes.

 

De même que l’on ne voit pas l’appareil de l’UMP ni même les personnalités les plus à gauche de ce parti, prôner le vote MELENCHON au nom du « front républicain.

 

Enfin, les 15% d’électeurs qui se sont prononcés pour Nicolas SARKOZY et qui n’ont rien trouvé à redire sur la « frontisation » de son discours, qui se confondait parfois au mot prés  avec celui de Marine LE PEN,  devraient dans de telles circonstances, en toute logique et sans beaucoup d’hésitation, apporter leurs suffrages à la candidate du Front National.

 

Jean-Luc MELENCHON fait parti de ces gens qui pensent que l’on peut réduire une bosse en tapant dessus. Outre qu’il va donner une formidable publicité à Marine LE PEN, son initiative va remobiliser les électeurs du Front National, qui ont tendance, pour une partie d’entre eux, après une présidentielle, à retourner vers des leaders locaux, dont le parti de Marine LE PEN est dépourvu.

 

Enfin, Jean-Luc MELENCHON va permettre à Marine LE PEN d’être gagnante dans tous les cas de figure.

 

Soit elle est battue et il aura validé la doctrine « UMPS » du Front National, lui-même apparaissant jouer les supplétifs de cette coalition.

 

Soit c’est Marine LE PEN qui l’emporte, et en dehors de l’échec humiliant que cela représentera pour lui à raison de ses rodomontades, il aura contribué à faire désavouer les dirigeants de l’UMP,  pour la première fois et de la façon la plus cinglante qui soit, par son électorat.

 

Ce sera au-delà même de cette élection locale et à la veille d’une refondation de l’UMP, un argument de poids  pour tous ceux qui au sein du parti, ne voient pas d’un mauvais œil une alliance avec le Front National.

 

En décidant « de se lancer dans cette galère » selon l’expression de Jean-Christophe CAMBADELIS, l’impétueux MELENCHON n’a peut-être pas mesuré avec suffisamment de soin, toutes les conséquences de son initiative, au risque même d’apparaître comme un allié objectif du FN, ce qui est un comble.

 

 *2nd tour de la présidentielle : PS, F de G, EELV, LO, NPA : 41%, M. LE PEN 35%, N. SARKOZY 15, F. BAYROU 5%..           

Partager cet article

Repost 0
Published by gpancraz
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de gérard pancrazi
  • Le blog de gérard pancrazi
  • : Une analyse de l'actualité politique. une réflexion sur le monde
  • Contact

Recherche

Liens