Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2011 6 17 /09 /septembre /2011 12:32

En 2007, ce qui avait fait l’élection de François BAYROU, d’aucuns osent l’affirmer, c’est la gifle qu’il avait donnée, à un adolescent, qui lui faisait les poches, au cours d’une visite électorale en banlieue.

 

Quel symbole ! Quel réflexe ! Ces images passées en boucle sur toutes les chaînes de télévision, montraient tout ce que l’on recherchait : la fermeté et la réactivité, avec pour cadre un sujet cher aux français, la délinquance des jeunes.

 

La spontanéité du geste valait tous les discours.

 

La gifle avait été jugée pertinente par tous, y compris par le jeune de banlieue qui l’avait reçu et qui avait accepté sans broncher son châtiment corporel.

 

Quelle leçon de civisme, de courage, de pédagogie, François BAYROU venait-il de donner à la France entière. Celle-ci lui en fût reconnaissante, elle vota pour lui.

 

Le problème, c’est que depuis lors, il s’est fait faire les poches par un peu tout le monde, et surtout par ses plus proches soutiens, sans réagir.

 

Il a été dévalisé de tous ses cadres, et au lendemain des élections européennes, certains sont même partis avec une partie de la recette, n’oubliant pas au passage de lui jeter à la figure qu’ils ne lui devaient rien et qu’il n’était qu’un gros autocrate totalitaire, qui n’était pour rien dans leur élection.

 

Corine LEPAGE, prétendît ainsi qu’elle aurait fait aussi bien sinon mieux, sans François BAYROU. Jean François KAHN, ayant un peu plus d’éthique, préféra  démissionner, plutôt que de demeurer dans un mouvement auquel il ne croyait plus.

 

Point de gifle cette fois-ci, point de leçon, point de réaction, sauf quelques vagues propos moralistes qui n’ont plus cours en politique depuis bien longtemps.

 

Dépouillé par certains, abandonné par d’autres, il ne restait plus alors à François BAYROU, qui en a  tant et tant rêvé, de jouer tout seul au Président de la République, en formant avec ses derniers militants, un conseil des ministres « pour du beurre », qui se réunira pour débattre doctement de tous les problèmes de la planète, sous les quolibets et les moqueries de journalistes à l’affut de ce type de sottises.

 

Triste fin d’un homme fatigué, qui a laissé passer son tour et qui ne peut ignorer que sans parti, sans responsable, sans partisan et désormais sans électeur, son ambition est forcément vouée à l’échec.      

 

Triste fin de voir cet homme, année après année, rentrée après rentrée, toujours un peu plus socialo, un peu plus bobo, un peu plus écolo, selon l’air du temps, toujours avec les mêmes mots, les mêmes gestes, le même ton  professoral, tenir les mêmes discours, donner les mêmes explications, avec toujours les mêmes exemples, devant des auditeurs un peu désabusés, empreints désormais d’une grande lassitude, qui finissent par ne plus écouter un discours qui n’est d’ailleurs plus audible.gpancrazi.over-blog.com/

Partager cet article

Repost 0
Published by gpancraz
commenter cet article

commentaires

Yann Le Du 17/09/2011 14:55


Pour information, l'épisode de la gifle a eu lieu pendant la campagne 2002 et pas 2007...


gpancraz 19/09/2011 05:42



C'est exact, c'est bien en 2002. Merci Yann Le Du.



Présentation

  • : Le blog de gérard pancrazi
  • Le blog de gérard pancrazi
  • : Une analyse de l'actualité politique. une réflexion sur le monde
  • Contact

Recherche

Liens