Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 09:06

Djamel DEBBOUZE s’est produit, jeudi 2 août, à Tunis, dans le cadre du Festival international de Carthage dont il est un habitué. Son spectacle a eu pour objet le printemps arabe et les Révolutions qui se sont produites en Tunisie, en Libye et en Egypte.

L’erreur du comique français a été de croire que ses origines maghrébines, le prestige de la star qui débarque de Paris  et quelques blagues bien senties sur le désormais inoffensif BEN ALI, suffiraient à mettre le peuple tunisien de son côté après l’avoir si longtemps ignoré.

Il fait partie de ceux qui, à la suite de bien d’autres, arrivent après la bataille pour s’en prendre au président déchu, ce qui est peu glorieux et qui ne fait pas vraiment rire, surtout devant un public des plus huppés dont il y a fort à parier que pour beaucoup de ceux qui le composent, ils ne sont pas loin de regretter le bon temps « d’une si douce dictature ».

Exercice particulièrement difficile pour Djamel DEBBOUZE qui semble ne pas avoir compris où il se trouvait et qui est apparu comme un nanti venu faire rire des nantis.     

Son show en langue française, s’est adressé à un public d’un niveau social supérieur à la moyenne, les places sont d’un prix assez élevé, entre 17 et 25 €, (le smic tunisien s’élève à 170 €) lui-même a touché un cachet de 160 000 dinars, environ 80 000 €…

Les spectateurs ont hué pour le prix, le ministre Samir DILOU assis au premier rang, ministre des droits de l’homme, avocat et défenseurs de toujours des militants islamistes, ce qui lui a valu 10 années de prison qu’il a exécutées en totalité. Il a été élu aux dernières élections député à l’Assemblée Constituante. Venu pour assister au spectacle, il a subi de la part du public le fameux « dégage » marqueur de la Révolution tunisienne. Un cri rauque  qui montait du public, particulièrement violent, mais le ministre ne s’est jamais trouvé déstabilisé.

Djamel DEBBOUZE n’a pas immédiatement perçu que le « dégage » s’adressait au ministre et a fait mine de partir. L’ayant compris, il a raillé Samir DILOU en disant « il se croit encore au temps de BEN ALI ».

Erreur manifeste de l’humoriste français, contre un homme de conviction, qui a fait preuve de courage sa vie durant et qui ne doit son poste ministériel, qu’à un processus parfaitement démocratique.   

Erreur d’autant plus manifeste que l’humoriste français était le dernier à pouvoir prendre à partie Samir DILOU. Une partie de la presse tunisienne a publié des photos de Djamel DEBBOUZE courbé devant le roi Mohamed VI, en train de pratiquer un baisemain appuyé. Il lui est reproché de n’avoir jamais montré la moindre sympathie lorsque les marocains dans la suite des révolutions ont voulu manifester leur orientation vers la démocratie. 

Djamel DEBBOUZE, contrairement aux apparences, n’a pas assimilé qu’il y avait eu en Tunisie un profond changement de régime, il s’est comporté lors de son show de la même manière que les années précédentes.

Sa crédibilité eut voulu qu’il fasse son spectacle en arabe, au moins en partie, dans un quartier populaire de Tunis, par exemple à ETTADHAMEN d’où fut lancée la Révolution, avec des places accessibles aux plus modestes, la recette aurait été versée aux organismes caritatifs locaux. Il serait retourné à Paris par le vol régulier de Tunis Air, plutôt que par un vol spécial, c’est à ce prix qu’il aurait pu toucher le cœur des tunisiens en ce 109e anniversaire du grand homme que fut Habib BOURGUIBA le combattant suprême, le père de la patrie.

Partager cet article

Repost 0
Published by gpancraz
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de gérard pancrazi
  • Le blog de gérard pancrazi
  • : Une analyse de l'actualité politique. une réflexion sur le monde
  • Contact

Recherche

Liens