Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 14:50

Deux poids, deux mesures. 

Toute la classe politique unanime, une fois n’est pas coutume, -exceptions faites de Clémentine AUTAIN et de Marine LE PEN- invoque la présomption d’innocence, plaide l’absence de preuve, refuse la curée, prêche la plus extrême prudence, recommande  d’attendre la version du mis en cause, prescrit d’exclure tout jugement hâtif, demande de ne rien précipiter avant qu’une décision de justice ne soit rendue.

Il faut sauver le soldat STRAUSS KAHN ! Pour  Christine Boutin c’est un coup monté. Pour Dominique PAILLE c’est une peau de banane glissée par on ne sait qui. Pour beaucoup d’autres encore, le mot complot revient sans cesse. C’est la suite logique de la PORSHE et du tailleur à 3000 € minimum le costume, affirme-t-on ! Pour Jean-Marie Le GUEN et  François PUPPONI qui le connaissent bien, l’homme est à des années- lumière des faits qui lui sont reprochés. Anne SINCLAIR le confirme dans un communiqué. Bernard TAPIE n’y croit pas non plus. Alain DUHAMEL lui-même, tance sévèrement une Marine LE PEN qui a osé déclarer  « n’être pas étonnée par cette affaire ». Une contre- enquête, est diligentée dans l’urgence depuis Paris par des communicants. Il en résulte que l’avion avait été réservé à l’avance, qu’il possède sept portables, qu’un seul a été oublié, qu’il a d’ailleurs demandé à son chauffeur d’aller le récupérer, qu’en toute hypothèse il nie les faits. Alors ? Alors, mille Bravos pour cet appel de la classe politique et médiatique au respect des grands principes de justice! Et que cette grande modération dont la presse a fait la preuve en ce triste jour, se retrouve pour des tas d’autres affaires à propos desquelles elle s’est montrée jusqu’alors si intransigeante, si intraitable, si implacable, sans la moindre hésitation pour « jeter aux chiens » l’honneur d’hommes et de femmes, sans avoir besoin d’un  délit, d’une infraction, ou même d’un début de manquement à la loi.

Un seul mot, une seule boutade, une seule virgule mal placée suffisait.  Suffisait pour prononcer des condamnations sans appel, sans droits de la défense, sans procédure, pour les relayer sans répit, pour les répercuter de radios en télé, de quotidiens en magazines, pour les dupliquer à l’infini, le jour et la nuit, pour clouer les ignobles condamnés au pilori, pour les lyncher jusqu’à ce que mort s’en suive, mort professionnelle, mort civile, mort politique, quand ce ne sera pas mort tout court, sans vergogne, sans scrupule, sans pitié.

Oserais-je ? Mais si la même chose était arrivée à …. ? Non ! Pas d’inutile polémique en ce jour de grâce, tenons nous en à ce fameux proverbe Corse, « les morts sont morts, sauvons les vivants. » (15 mai 2011) 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de gérard pancrazi
  • Le blog de gérard pancrazi
  • : Une analyse de l'actualité politique. une réflexion sur le monde
  • Contact

Recherche

Liens