Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 08:34

 

Bien que le Président Hollande y soit hostile, il est une évidence qu’un courant de plus en plus fort va en direction de  la dépénalisation de l’usage du cannabis. Le président qui a sur ce sujet des opposants au sein de son gouvernement, pourra-t-il résister longtemps ? Dans son propre camp des voix s’élèvent et pas des moindres. Le Maire de Dijon François Rebsamen, Daniel Vaillant qui a été Ministre de l’intérieur, Jean-Michel Baylet président du parti radical.

En l’état actuel de la législation, l’usage de produits stupéfiants est interdit par l’article l 3421-1 du Code de la santé publique, qui comprend des peines maximales d’un an d’emprisonnement et de 3750 euros d’amende. Une peine complémentaire prévoit aussi un stage de sensibilisation aux dangers de l'usage des produits stupéfiants. Le consommateur peut éviter la sanction pénale en acceptant une aide médicale, psychologique et sociale, signe du fondement préventif de la répression de ce délit.

 

Des arguments sont avancés de part et d’autres pour ou contre la prohibition. Quels sont-ils pour l’essentiel ?  

 

Pour les anti-prohibitionnistes :

 

-Une majorité de jeune, 60%,  fument du cannabis. C’est donc bien que  la prohibition ne fonctionne pas.

-Ils ne font de tort à personne.

-Le tabac et l’alcool font chaque année de nombreux morts sans compter les maladies qui leurs sont liées, on ne songe pas à les interdire pour autant.  

-La vente sous contrôle de l’Etat, donnera aux consommateurs un produit de qualité.

-Elle mettra fin aux gangs mafieux. 

 

Pour les prohibitionnistes :

 

-Le cannabis est un produit nocif qui réduit la motivation et les possibilités de concentration de même qu’il est un obstacle à la mémorisation. L’OMS et l’ONU le classent dans les produits stupéfiants avec l’héroïne, la cocaïne et l’ecstasy.   

-La loi pénale a un rôle de protection sociale. On sanctionne les personnes qui commettent des manquements fondés sur une loi qui a pour objet de les protéger.

-Autoriser la consommation de cannabis limitera toute action préventive  (si c’est autorisé, c’est que cela n’est pas si nocif que cela). Cela entraînera une surconsommation de la part de ceux qui consommaient déjà et pour ceux qui ne souhaitaient pas braver l’interdiction, ils seront tentés d’essayer et pourquoi pas d’en faire un usage régulier.

-C’est souvent le premier pas vers des drogues plus fortes.

-Les trafiquants proposeront des prix plus concurrentiels que le cours légal, et compenseront leur manque à gagner avec d’autres drogues plus rentables.

 

Conclusion

 

La dépénalisation du cannabis ne doit pas être tranchée à la légère. C’est un problème grave  de santé publique qui touche la jeunesse, de façon importante si l’on en croit les chiffres mêmes, avancés par ceux qui veulent dépénaliser son usage

 

Mais si le gouvernement revenait sur le statut-quo actuel, seule la voie référendaire paraît susceptible de pouvoir trancher un débat de société qui touche très directement et très intimement les personnes.

Partager cet article

Repost 0
Published by gpancraz
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de gérard pancrazi
  • Le blog de gérard pancrazi
  • : Une analyse de l'actualité politique. une réflexion sur le monde
  • Contact

Recherche

Liens